Pages

Wednesday, April 20, 2016

Les Ardennes, de Robin Pront

Dave reste derrière alors que son frère, Kenneth, et sa petite amie fuient un cambriolage qui a mal tourné. Des années plus tard, alors que Dave sort enfin de prison, il souhaite reprendre sa vie d'avant. Mais les choses ont changées.


L'histoire pourrait presque être classique. Les gangsters, des frères, une petite amie amie qui change de partenaire, lassée par l'attente et, on peut l'imaginer, unie dans la douleur avec le frère présent à ses côtés. On peut aussi s'attendre à ce que l'histoire tourne au cauchemar, car cette réalité est brutale : pas d'avenir, pas de rédemption, des secrets. La simplicité de ce scénario en profite pour souligner l'amour fraternel et la soif de normalité, de banalité, développée dans la culpabilité par Kenneth et Sylvie, qui se heurte à la brutalité couvée en prison de Dave.


Le film s'appuie pour cela par des images superbes, soit entre les murs gris d'une ville du nord, ou dans une forêt sauvage des Ardennes. D'un côté des espaces clos, du bruit, de l'autre, une certaine immensité cernée d'arbres noirs et de bois dans lesquels se cachent, pas loin, un voisinage cois. En tous les cas, sans effet de style trop chiadé, les images du film donnent une dimension fantastique à la cruauté.


Depuis Bullhead je m'attends à ce cinéma belge, proche des spécificités de ses paysages et de sa langue, de ses difficultés, et universel dans sa cinématographie.


Les Ardennes
de Robin Pront
avec : Jeroen Perceval, Kevin Janssens, Veerle Baetens,...
sortie le : 13 avril 2016

No comments: