Pages

Thursday, March 31, 2011

Waste Land, de Lucy Walker

Waste Land est un documentaire qui s'attache aux pas de Vik Muniz, artiste brésilien qui a fait sa renommée en photographiant puis reproduisant en grand format et avec des techniques loin de la peinture à l'huile - ses outils de prédilection sont le ketchup, la crème chocolat ou le sucre - et qui s'est impliqué dans la vie d'un petit groupe de ramasseurs d'ordures officiant dans l'immense déchetterie de Jardim Gramicho à Rio de Janeiro. Pendant trois années, Vik Muniz s'est attaché à un petit groupe de personnes, cherchant à leur apporter le maximum tout en leur laissant toute indépendance pour réinventer leurs vies.



Tuesday, March 29, 2011

Saison creuse des séries #4 - Expectatives américaines

Il n'y a pas grand chose à regarder sur les TV américaines ces derniers temps. Par contre, un bon nombre de projets voient le jour. J'ai cependant du mal à savoir quand et où ces séries seront diffusées, ni même si elles seront produites. Le point sur ce que j'attends, d'ici... la fin de l'année, on l'espère?


Monday, March 28, 2011

Route Irish, de Ken Loach

Fergus a convaincu son ami d'enfance, son frère de cœur, Frankie, de laisser sa femme Rachel à Liverpool, et de le suivre en Irak, à Bagdad, où ils travaillent pour une compagnie de sécurité privée. Frankie meurt dans une attaque sur la route Irish, la plus dangereuse du monde, qui relie l'aéroport à la "green zone". Fergus se sent coupable, et c'est aussi ce que tout le monde lui reproche sans lui dire en face, à Liverpool. Empli de ressentiment envers lui-même, Fergus a entre les mains un téléphone ramassé par Frankie sur le corps sans vie d'un enfant tué par son équipe, en même temps que toute une famille. Dès lors qu'il voit la vidéo de cet évènement tragique filmé par le téléphone, Fergus ne croit pas à la thèse selon laquelle son meilleur ami se serait simplement trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment, sur la route Irish, quelques semaines plus tard.


Monday, March 21, 2011

Ha ha ha, de Hong Sangsoo

Deux amis, l'un poète, l'autre réalisateur, se retrouvent autour d'une tasse de saké avant de se séparer; le réalisateur part au Canada et souhaitait avant de partir dire au revoir à son ami. Tous deux reviennent de vacances passées dans la même ville portuaire, où ils ne se sont jamais croisés tout en fréquentant pourtant les mêmes protagonistes, les mêmes restaurants, et se heurtant aux même difficultés d'aimer.


Sunday, March 20, 2011

Carnet de voyage - Londres 2008

Je continue à recevoir des mails de personnes tombant, je ne sais par quels détours, sur un vieux site internet moche que j'avais fait et que je comptais alimenter d'adresses de boutiques vintage à Londres. Promesse jamais tenue, site tombé au fond des oubliettes, et pourtant... J'ai pris la décision d'effacer ce site du web, mais de conserver sa trace ici sous forme de diaporama. Ces adresses peuvent toujours servir, même si, à présent, je les connais trop pour penser que les autres peuvent encore les découvrir.


Friday, March 18, 2011

La nuit juste avant les forêts, de Bernard-Marie Koltès

Un homme agonise sur un lit d'hôpital, mais il n'est pas soigné; il est dans un lieu de passage, un squatt abandonné, un espace indéfini, immense, au milieu duquel il est seul. Au-dehors les gens vivent, mais lui meurt. Il a pourtant plein de choses à dire, à raconter, et se rappelle de bribes de temps d'avant. Son débit de paroles le retient à la vie et il s'adresse à un public, à un seul, qu'il imagine devant lui; ses mots le retiennent, faiblement, accroché à la vie.


Wednesday, March 16, 2011

Annecy 2011 - L'affiche

L'affiche de l'édition 2011 du Festival d'animation d'Annecy se dévoile!


Tuesday, March 15, 2011

Never let me go, de Mark Romanek

 Kathy est maintenant, à l'âge de 28 ans, une Accompagnatrice. Replongeant dans son enfance, elle se rappelle comment elle en est arrivée là, depuis son éducation stricte et protégée au sein du pensionnat de Hailsham où elle a grandi avec sa meilleure ami, Ruth et le jeune Tommy, garçon perturbé et attirant. Les trois enfants ont grandi pour former un étrange triangle amoureux, bancal, au sein duquel Ruth et Tommy forment un couple peu accordé. Ce qui les relie tous trois, c'est la perspective d'un destin commun: ils ont été conçus par clonage, et élevés dans le but de faire don de leurs organes jusqu'à ce qu'ils décèdent; jusqu'au bout cependant, ils gardent l'espoir de retarder cette mort par la preuve d'un amour véritable.


Friday, March 11, 2011

Annecy 2011 - La sélection officielle

Cette année, comme chaque année, je retourne à Annecy pour le festival d'animation. Moment incontournable pour tout intervenant dans la production de dessins animés, Annecy est à la fois une semaine festive, de vacances, dans un cadre superbe, à faire du pédalo en dégustant une fondue, et pour revoir ou rencontrer d'autres professionnels, mais aussi de petits nouveaux qui se placent sur le marché. A nous les conférences sur les nouvelles techniques, les découvertes des dernières productions, mais aussi les grosses fêtes et le champagne. Restons professionnels pour l'instant, on garde les bouteilles au frais; le festival a dévoilé sa sélection dans les catégories courts-métrages, séries télévisées, films et vidéoclips, films de fin d'étude etc. Je vous laisse détailler vous-mêmes cette sélection de 172 films; mais voilà ce que j'en retiens personnellement.


Wednesday, March 9, 2011

Winter's bone, de Debra Granik

Ree, dix-sept ans, s'occupe de son petit frère, de sa petite sœur, et de sa mère dépressive qui ne dit plus un mot, dans leur maison perdue au fond du Missouri. La vie y est rude, le climat gelé, les habitants sauvages. Jessup, le père de Ree, est sorti de prison mais ne se présente pas aux policiers comme il doit le faire régulièrement; la maison où vit Ree et sa famille est mise en jeu, et si Ree ne retrouve pas rapidement Jessup, ils se retrouveront à vivre dans la forêt toute proche. Ree interroge donc, tout autour d'elle, les familles, les dealers de drogue, qui portent tous cheveux longs, sales, fusils en bandoulière, et dont les regards ne sont jamais amicaux. Personne ne veut lui parler. Ree, opiniâtre, frappe à toutes les portes, et mêmes les plus fermées.


Tuesday, March 8, 2011

Fighter, de David O. Russell

Dicky Eklund a été la star de son village, à Lowell, dans le Massachusests, quand, 14 ans auparavant, il a battu Sugar Ray sur un ring de boxe. Depuis, il a succombé au crack, et se délecte éternellement de cette dernière victoire. Il reporte son aura sur son demi-frère cadet, Micky Ward. Celui-ci n'a jamais été que de défaite en défaite, mais Dicky, leur mère, ses nombreuses sœurs qui l'entraînent, le managent, le supportent, tous y croient toujours. Cette famille envahissante étouffe les ambitions de Micky, garde Dicky sur un piédestal dont il est pourtant tombé depuis 14 années, et voit sa force de persuasion éclipsée par la jolie Charlene, femme de caractère qui tient tête à tous par amour pour Micky après un combat inégal que sa mère et son demi-frère avait organisé pour lui.


Monday, March 7, 2011

Hollywood liste rouge, de Karl Francis

Herbert Biebermann est un réalisateur qui connaît un certain succès à Hollywood dans les années 1930 et 1940. Marié à l'actrice Gale Sondergaard, le couple bénéficie d'une grande notoriété dont il profitent tous deux pour faire entendre leurs voix contre le fascisme et l'influence d'Hitler en Europe. Membre du parti communiste, Herbert Biebermann voit soudainement son aura s'étioler, lorsque le président Truman instaure une commission élargissant le maccarthisme et demande au FBI d'enquêter à Hollywood pour découvrir toute trace de déloyauté à ses idées. Herbert Biebermann fait partie d'une blacklist qui l'empêche, lui et 9 autres (ainsi que Bertolt Brecht), de travailler, et a pour conséquence d'empêcher également sa femme de trouver des rôles. Herbert Biebermann et ses compagnons passent alors par la case prison; certains, ensuite, revoient leurs opinions; d'autres opiniâtres, décident alors de réaliser en dehors d'Hollywood un grand film sur le féminisme.


Friday, March 4, 2011

Des hommes et des dieux, de Xavier Beauvois

1996 en Algérie, les moines Cistériens de Tibhirine sont enlevés et tués. Bavure de l'armée algérienne, décision d'un groupe extrémiste? L'affaire n'est jamais élucidée. Xavier Beauvois s'est inspiré de ce fait véridique pour raconter la vie de huit moines, vivant en paix avec les habitants du petit village tout proches, musulmans, et qui ont préféré rester sur place, refusant la protection par les armes, alors qu'autour d'eux, la haine des étrangers faisait monter les tensions et cracher le feu des fusils.


Thursday, March 3, 2011

365 project - Février

C'est promis, du cinéma très bientôt, il y a Winter's bone qui est sorti ce mercredi, ainsi que Never let me go qui m'intrigue. Voilà simplement une petite mosaïque des photos prises chaque jour de ce moi de février. Plus de cohérence que le mois dernier, un peu plus de lumière aussi. Mon Tumblr, pour me suivre au jour le jour, c'est ici!
 

Wednesday, March 2, 2011

Madagascar, carnet de voyage, de Bastien Dubois

Dans la catégorie court-métrage d'animation, cette année aux Oscars, il y avait ce petit bijou réalisé par Bastien Dubois, que j'avais moi-même découvert quelques semaines auparavant. Le film n'a pas remporté de récompense, mais vaut le détour. Bastien Dubois, en onze petites minutes, nous plonge au coeur de son voyage à Madagascar, où il a rencontré des gens, été imprégné d'une culture, de musique, de bruits, d'odeurs... 




Tuesday, March 1, 2011

Saison creuse des séries #3 - Criminal minds: suspect behavior

J'ai un problème majeur avec les titres de mes messages sur les séries, je crois qu'il n'y a plus de saison. Je n'ai toujours rien à me mettre sous la dent, et les pilotes annoncés que j'attends - je leur consacrerai un article un de ces jours - n'ont pas de date de diffusion précisée. Du coup, je grignote de temps en temps une nouvelle série, et je m'endors sérieusement sur les dernières saisons de celles que je suis depuis (trop) longtemps. C'est tout à fait déprimant. Heureusement, Forest Whitaker est là pour me remonter le moral.