Pages

Monday, January 31, 2011

Buried, de Rodrigo Cortés

Paul ouvre les yeux dans le noir, et probablement dans une atmosphère étouffante. Dans sa poche, un briquet qu'il allume lui révèle qu'il est enfermé dans un cercueil en bois, et cette caisse lui servira de tombeau si le gouvernement américain ne laisse pas à son ravisseur les 5 millions de dollars qu'il réclame, menaçant, par téléphone. Ce qui semble être les derniers instants de Paul sont passés avec lui, sous terre, dans cette petite boîte. Le sable glisse entre les fentes, Paul tente de joindre désespérément son épouse, son gouvernement, quelqu'un qui pourrait le localiser et l'aider.


Friday, January 28, 2011

Au-delà, de Clint Eastwood

Marie, française, brillante journaliste de télévision, échappe de peu à la mort; Jason, le frère jumeau de Marcus, n'a pas cette chance, et rend l'âme sous les roues d'une voiture à Londres; la première a juste entrevu le monde où le second erre, incapable d'abandonner son frère, le plus faible des deux, seul au monde. George, américain, est médium, et connait les réponses aux questions que se posent Marie et Marcus. Mais il a abandonné sa profession, ainsi que tout espoir de mener une vie normale, incapable de toucher la moindre personne sans avoir des visions de l'au-delà et de ressentir toutes les peines de la personne touchée, abandonnée par un proche.


Thursday, January 27, 2011

Les Arts du mythe, sur Arte

Les Arts du mythe est une collection de Ludovic Segarra, auteur et réalisateur, dirigée par Jean-Paul Colleyn, anthropologue et réalisateur, diffusée sur Arte en ce début d'année 2011, en collaboration avec le musée du Quai Branly. En quatre DVDs, des documentaires sont proposés sur un format court - environ 20 minutes chacun - à propos d'une œuvre dite "primitive".



Tuesday, January 25, 2011

Oscars 2011 - La sélection

Quelques jours à peine après la sélection des Césars 2011 en France dévoilée, voici la liste des films qui concourent pour une statuette des Césars 2011... La cérémonie de remise des prix aura lieu le 27 février prochain à Los Angeles. Bon, il semblerait que Black Swan, Le discours d'un roi, True Grit et The fighter - ce dernier, totalement inconnu à mon bataillon de sorties prochaines en France -, se disputent le haut du podium. On n'a encore vu aucun de ces films dans nos contrées, on attendra donc un peu pour se faire une idée. Je suis ravie de la présence de Tout va bien! The kids are alright dans la course aux Oscars, et d'Incendies dans la catégorie des films étrangers. Vu notre merveilleuse sélection des Césars 2011, on ne s'étonnera pas de ne pas voir de film français sélectionné dans cette catégorie. Quoi d'autre? Ah oui, Day and Night dans la catégorie court-métrage d'animation. Ce mini film de Pixar est génial, voyez-le si possible!!




André Kertész, au Jeu de Paume

André Kertész est actuellement, et plus pour très longtemps, exposé au Jeu de Paume. Cet artiste hongrois décédé il y a vingt-six ans est l'un de ceux qui ont élevés la photographie au rang d'art à part entière. André Kertész se disait amateur, tant la spontanéité et le naturel lui tenaient à la main et à l'œil. L'amateur, éclairé, a été largement reconnu de son vivant, entre sa Hongrie natale, Paris, qui l'a adulé, et New-York, où il a vécu dans une certaine solitude et tristesse. Comme d'habitude au Jeu de Paume, l'exposition suit une mise en scène agréable, sur deux étages qui séparent le travail du photographe selon des scénographies un peu différentes.


Monday, January 24, 2011

127 heures, de Danny Boyle

Aron Ralston a pour habitude de passer ses weekends dans les gorges de l'Utah. Il en connaît les moindres recoins, les passages secrets, il les voit changer au fil du temps. Il s'y lance sans dire à personne dans quelle infime partie de cette immensité il va passer deux journées intenses. La nature est perverse même pour ceux qui l'aiment... Aron met le pied sur le mauvais rocher, et se retrouve au fond du trou, le bras coincé sous le caillou. Pendant 127 heures, il va rester coincé là, et tenter de survivre.


Saturday, January 22, 2011

Saison creuse des séries #2 - The Cape - Louie

Décidément, je ne trouve rien de très alléchant cette année parmi les nombreuses séries US et UK.. Je tente quelques nouveautés, pas emballantes, et rattrape quelques saisons 1 terminées et dont j'entends du bien... Le point sur mes deux dernières découvertes.

Friday, January 21, 2011

César 2011 - La sélection

La cérémonie, présentée par Antoine de Caunes, se déroulera au Théâtre du Châtelet le 25 février prochain. Il y a une forte probabilité pour que Des hommes et des dieux rafle la mise, mais j'espère voir aussi quelques prix tomber pour Tournée, Gainsbourg et L'homme qui voulait vivre sa vie. Par contre, la polémique lancée en 2009 par Danny Boon - vexé que ses Ch'tis ne soient pas récompensés malgré le succès populaire - semble avoir fait mouche, comme le montre la présence dans la sélection de L'arnacoeur, ou Tout ce qui brille, films réussis mais que je ne qualifierais pas non plus de grand grand cinéma. Côté animation, mon cœur penche évidemment pour Logorama, et côté film étranger, pour Dans ses yeux, découvert tardivement mais avec bonheur. Je ne vais même pas relever la présence de Bright star, La Princesse de Montpensier - avec Grégoire Leprince-Ringuet en meilleur espoir masculin?! laissez moi rire - ou, pire, Simon Werner a disparu et Belle Epine. Non, je ne dirais rien là-dessus.




Wednesday, January 19, 2011

The green hornet, de Michel Gondry

Britt Reid, pauvre fils du richissime directeur du journal The Daily Sentinel, perd son père sans regret. Ce type, que tout le monde prenait pour un héros, lui, son fils, sait bien quel castrateur il était réellement! Britt vire tout ces gens que son père avait engagé au château dans lequel il se prélasse, et laisse également le journal aux mains de l'associé de son père. Il continuera sans se faire gronder à mener sa vie oisive et joyeuse. Sauf que son café est à présent mal fait; et que, remontant à la source, il trouve celui qui réussissait le café idéal... Kato s'occupait également des nombreuses voitures de son père, qu'il bricolait. Kato seul comprend Britt, ayant lui aussi été obligé de plier sous le joug du patron à présent décédé... Britt décide alors d'endosser le costume du Frelon vert, accompagné de son fidèle compagnon, pour imposer à la ville de Los Angeles et au monde sa vérité. Même en passant pour le méchant de service, il sait qu'il fera le bien. Et possédant de plus The Daily Sentinel pour faire parler du Frelon Vert, Britt déclenche une avalanche de guerres de gangs.


Tuesday, January 18, 2011

Incendies, de Denis Villeneuve

A l'ouverture du testament de leur mère par son ami et patron Jean, notaire de son état, Jeanne et Simon Marwan apprennent l'existence d'un frère, d'un père, et de leur obligation de les retrouver tous les deux pour avoir accès aux derniers mots de leur mère pour eux, et pour pouvoir placer sur sa tombe une plaque à son nom. Les jumeaux réagissent différemment; alors que Simon reste au Canada, fulminant d'une douloureuse colère, Jeanne part sur les traces de leur mère au Moyen-Orient. Jeanne et Simon ont été élevés au Canada; Jeanne découvre donc un univers totalement différent, une culture, et aussi le passé de sa mère, son propre héritage, dont elle n'avait pas la moindre idée.


Monday, January 17, 2011

Dans ses yeux, de Juan José Campanella

Benjamin Esposito, ancien agent fédéral, se remémore une affaire qui a eu lieu 25 ans auparavant. A présent retraité, il ressent un curieux besoin de se rappeler, et d'écrire cette histoire qui le replonge dans sa jeunesse, et lui permet de se souvenir de son premier et seul véritable grand amour pour sa chef, Irene, qui, elle, travaille toujours, et à qui il soumet son texte. Le dossier du meurtre sur lequel il travaillait à l'époque, tout comme cette passion, ne sont pas des affaires closes, 25 ans plus tard.


Sunday, January 16, 2011

Bonne résolution

Facebook, Twitter, Blogger, LinkedIn... Tous ces réseaux qui nous obligent à partager, nous poussent à la communication, semblent aussi, par leur omniprésence, minimiser chaque information que l'on donne. Qui lit mes critiques de film, plutôt que de lire un autre blog, que de se renseigner sur un autre site? J'ai beau être circonspecte, je suis sur tous ces réseaux. Je n'ai cependant pas succombé aux réseaux de géolocalisation, de type Foursquare ou autres - que je trouve franchement inutile pour le coup. Chaque réseau sur lequel je suis me semble avoir un but bien distinct des autres. Facebook, c'est pour les amis, et très pratique pour se tenir au courant des soirées et autres concerts; Twitter est plus axé sur l'info, pour peu qu'on suive les bonnes personnes et qu'on ait la curiosité d'aller fouiller ce qu'elles évoquent en 140 caractères seulement; LinkedIn est uniquement à usage professionnel; quant à Blogger, ce n'est pas vraiment un réseau, mais j'y suis aussi quotidiennement pour tenter de donner envie d'aller au cinéma, et aussi me permettre de donner mon avis sans qu'on me le demande.



Thursday, January 13, 2011

2001, l'odyssée de l'espace, de Stanley Kubrick - d'Arthur C. Clarke

L'homme n'est encore qu'un animal vivant en troupeau lorsqu'un groupe découvre un monolithe étrange. Au contact de celui-ci, l'humanité naît. Des milliers d'années plus tard, le Dr Heywood Floyd se rend sur la Lune; en compagnie d'autres scientifiques, il est invité à examiner un étrange monolithe découvert enterré dans un cratère lunaire. En 2001, Dave Bowman et Frank Poole, assistés de HAL9000, ordinateur puissant, et de trois autres scientifiques en hibernation, partent à bord de Discovery One vers Jupiter, où un autre monolithe a été découvert.


Tuesday, January 11, 2011

Somewhere, de Sofia Coppola

Johnny, acteur entre deux tournages, séjourne à l'hôtel Marmont, à Los Angeles, et traîne de fille en fille, de fête en fête, de masseuse en balades en Ferrari, ennui parfois troué par une interview hystérique ou une séance de promo. Sa fille, Cleo, lui est parfois laissée quelques heures - de 5 à 7? Et soudainement, il se retrouve avec Cleo à plein temps, sa mère l'ayant abandonnée dans le couloir de l'hôtel, partie on ne sait combien de temps, parce qu'elle en avait besoin - de temps. Johnny s'autorise alors à virer les filles nues qu'il retrouve parfois dans son lit, et passe du temps avec sa fille.



Sunday, January 9, 2011

La Parisienne, d'Inès de la Fressange

Ceci n'est pas un film. Inès de la Fressange a sorti pour Noël, hasard du calendrier évidemment, un formidable ouvrage aussi joli qu'il est utile, son guide de La Parisienne. Elle y recense ses conseils mode, ses adresses beauté, déco, fashion, agrémente le tout de photos de sa fille Nine, et de ses dessins de filles longilignes. Elle écrit tout cela de sa plume désinvolte, avec Sophie Gachet, et quand il n'y a rien au cinéma, je remercie le Père Noël incarné en la personne de ma grand-mère d'avoir exaucé mes vœux et de m'avoir offert ce guide.

Friday, January 7, 2011

Sound of noise, de Johannes Stjärne et Ola Simonsson

Amadeus Warnebring est né dans une famille de musicien; au contraire de son frère, devenu chef d'orchestre réputé, Amadeus a pris en grippe la musique; il est devenu policier et allergique à toutes sortes de mélodies. Sanna aime la musique, à sa manière. Elle s'indigne devant ceux qui "polluent" de leurs bruits l'espace musical. Avec son compagnon, elle décide de jouer une partition étrange, et engage quatre autres compères, batteurs fous qui ne vivent que pour leur son, pour faire entendre au monde sa musique. La première mélodie est jouée dans une salle d'opération d'un hôpital, avec pour instruments des scalpels et des machines, ainsi que le corps endormi d'un homme qui traite là ses hémorroïdes... Évidemment, c'est Amadeus qui est chargé de l'enquête.



Wednesday, January 5, 2011

Le quattro volte, de Michelangelo Frammartino

Un vieux berger crache ses poumons en emmenant ses bêtes paître. Heureusement, contre une bouteille de lait, une vieille femme lui donne la poussière de l'église balayée et bénie pour calmer ses douleurs. Le petit paquet précieusement conservé tombe de la poche du berger; il meurt, un chevreau naît. Le chevreau bêle innocemment. Il doit trouver sa place dans le troupeau. Lors de sa première sortie dans les collines, il s'égare, et trouve refuge entre les racines d'un immense pin. Il ne survivra pas. Le pin connaîtra lui aussi une destinée spéciale.



Monday, January 3, 2011

Bilan 2010 cinématographique

Et voilà l'habituel bilan. Finalement, 2010 a été un bon cru, même si certains films m'ont vraiment fait désespérer du cinéma. Le choix a été assez simple, parce qu'il n'y a pas tant de films que ça qui me marquent réellement; je n'ai pas eu de choix radical à faire, je n'ai évincé aucun film. Vous allez peut-être être surpris de ne pas trouver ici des films que j'ai pourtant adoré lors de leur sortie, et pas non plus Inception, ni Avatar - surtout pas Avatar - ou autres blockbusters. J'ai parfois écrit des choses merveilleuses à propos de certains films, mais je conserve ici ceux que je pourrais revoir et revoir avec toujours autant de plaisir, en plus de celui de la découverte lors de leur sortie.

Je retiens avant tout deux films exceptionnels, ceux qui me paraissent vraiment, vraiment sortir du lot des sorties 2010, j'ai nommé:



Pour sa poésie immense, tant dans la beauté de l'image que dans le fond.

 

Pour sa force incroyable, son thème osé, traité avec tact .