Pages

Monday, May 30, 2011

Stanley Kubrick, à la Cinémathèque Française

Stanley Kubrick est ce réalisateur hors normes, dont chacun des douze films a marqué le monde du cinéma. Que ce soit par le propos, ironique, par l'image, exaltée par son œil de photographe, et même par la technique, novatrice, des Sentiers de la gloire à Eyes wide shut, les films de Stanley Kubrick se sont forcément imprimés dans la rétine de ses spectateurs. Qui n'a jamais vu, même sans être cinéphile, la décadente perfection d'Orange mécanique, son implacable réalisation de Barry Lyndon? La Cinémathèque française accueille une exposition qui rappelle chaque détail de chaque film de Stanley Kubrick, et cela jusqu'à fin juillet. A ne pas manquer.

Thursday, May 26, 2011

Le complexe du castor, de Jodie Foster

Walter est en dépression depuis deux années, au cours desquelles sa famille s'est dissoute et les intérêts de son industrie familiale se sont dégradés. Sa femme ne supporte plus qu'il dorme toute la journée; son fils aîné tente de gommer toutes ses similitudes avec lui; son fils cadet s'efface de toute vie sociale; et son entreprise de jouets coule lentement. Walter, chassé de chez lui, touche le fond, ne réussit même pas à se suicider. Soudain, presque contre son gré, il trouve la solution sous la forme d'une marionnette de castor à travers laquelle sa personnalité peut s'exprimer positivement; Walter disparait, et le Castor prend sa place pour le plus grand bonheur de tous, sauf de son fils aîné Porter qui le prend pour un fou.


Tuesday, May 24, 2011

Le gamin au vélo, de Jean-Pierre et Luc Dardenne

Cyril possède une foi absolument indéfectible en son père qui l'a pourtant laissé dans un foyer, et qui ne semble pas vouloir le retrouver; il a déménagé, a même vendu le vélo de son fils. Mais Cyril met toute son énergie dans l'amour qu'il lui porte et se lance inlassablement à sa recherche. C'est Samantha qu'il trouve, et qu'il adopte comme tutrice. D'abord se servant d'elle pour arpenter la banlieue dans laquelle vivait son père, il hésite, s'attache, la met à l'épreuve en bravant sa confiance.



Monday, May 23, 2011

The tree of life, de Terrence Malick

Une famille "typique" américaine, est décrite, depuis l'amour de deux parents, à la naissance de leurs trois fils, et l'enfance de Jack, partagé entre son père autoritaire et sa mère, douce et soumise. Jack, plus tard, vieilli, travaille dans un bureau dans une tour, et mêle ses souvenirs à ceux de sa mère, de son père, et de ses deux frères.


Sunday, May 22, 2011

Cannes 2011 - Le Palmarès final

Et voilà le palmarès final! Je viens de voir le dernier Terrence Malick pour ma part... Sans savoir qu'il avait reçu la palme d'or. Une critique très vite! J'ai également vu ce weekend le film des frères Dardenne, ma critique à venir donc... Ma curiosité avait déjà été éveillée durant ces dix jours à propos de The artist, et cette curiosité est encore plus titillée à présent par cette Palme remise à Jean Dujardin! Les larmes de Maïwenn, dont je ne suis pas du tout fan des réalisations, mais assez touchée par la personnalité, m'ont aussi grandement donné envie de découvrir Polisse. Ah, et elle a remercié sa monteuse, Laure Gardette, est-ce qu'elle n'est pas super, cette fille? Son honnêteté vis à vis des défauts de son propres films est très jolie, et même John Plissken en parle de manière enjouée. Pas présents au palmarès, le film de Jodie Foster, The beaver, et Habemus papam, de Nanni Moretti, m'ont aussi tapé dans l’œil; et je ne le répèterai jamais assez, j'ai également envie de découvrir le dernier Paolo Sorrentino, récompensé par le Jury œcuménique, cette étrange institution qui date de 1974.



Saturday, May 21, 2011

Cannes 2011 - Le Palmarès, premières récompenses

Essayons de rester dans l'actualité... Avant les récompenses de la sélection officielle, voilà déjà quelques prix qui tombent, et des films récompensés dans les sélections Un certain regard,  Cinéfondation, et la Quinzaine des réalisateurs. Des jurys divers remettent leurs récompenses également, à la catégorie Queer dont c'est seulement la deuxième année d'existence, au meilleur chien, etc...
 

La conquête, de Xavier Durringer

Le 6 mai 2007, Nicolas Sarkozy est certain de l'emporter aux élections présidentielles françaises. Cependant, au lieu de se réjouir, il se souvient de ces cinq dernières années passées au gouvernement Chirac, chahuté par le Président lui-même et son premier ministre Dominique de Villepin, soutenu puis lâché par sa femme Cécilia. En cette journée supposée triomphale, elle n'est pas là, et Nicolas Sarkozy ne peut savourer sa victoire entièrement.

Thursday, May 19, 2011

Ridicule, de Patrice Leconte

Grégoire Ponceludon de Malavoy, noble avec peu de fortune, vivant au milieu de ses marais, concerné par la mort des paysans de son domaine, décide d'aller à Versailles présenter au roi un projet d'assèchement de ses terres. Il fait la rencontre de Bellegarde, qui voit en lui l'esprit qu'il a perdu, et le moyen de retourner dans les bonnes grâces de la cour. En effet, il faut avoir de l'esprit, et de la rhétorique, pour plaire à Louis XVI. Peu importe la bonne volonté, l'honnêteté, la droiture, si l'on sait l'amuser. Grégoire Ponceludon écoute les conseils de Bellegarde, et se partage alors entre son hôte, sa jolie fille, et la cour, Madame de Blayac et son binôme à divertir, Vilecourt, pour arriver à ses fins et réussir à monter son projet d'assèchement des marais.

Monday, May 16, 2011

Saison des festivals

Ça n'a échappé à personne, le Festival de Cannes a débuté. Je n'y suis pas, alors je lirai les critiques des autres, je suivrai les anecdotes de chacun, histoire de me tenir au courant de loin. Cependant, comme je suis un peu plus investie dans le Festival d'Annecy, et que je tente de m'organiser ces jours-ci pour en profiter pleinement, Cannes ne m'intéresse pas vraiment plus que cela. Dans lire la suite, quelques blogs/twitters de gens qui m'aideront à me tenir un peu au courant quand même.


Minuit à Paris, de Woody Allen

Une jeune couple d'Américains suit les parents de la future mariée, venus là pour les affaires de papa, à Paris. C'est l'été, Gil et Inès se marient dans quelques semaines, Paris est la ville la plus romantique du monde. Mais Gil et Inès se découvrent des expectatives différentes: Gil veut errer à pieds dans les rues, et envisager un avenir sous un toit parisien, sans argent, mais inspiré pour écrire des romans; Inès souhaite une maison à Beverly Hills, et qu'il continue à bien vendre ses scénarios à Hollywood. Gil, se détachant du groupe formé par sa fiancée, un couple d'amis pédant, et ses futurs beaux-parents, se retrouve chaque soir à minuit embarqué dans le Paris des années 20, où il croise Hemingway, les Fitzgerald et Gertrude Stein.


Tuesday, May 10, 2011

Y'a plus de saison des séries - Game of thrones - Camelot

Game of thrones se déroule dans le royaume des Sept Couronnes, où les rois se disputent des bouts de terre, entre le Nord et le Sud. Saga fantasy, son scénario se base sur les volumes du Trône de fer, écrite par George R.R. Martin.

Camelot part du roman La mort d'Arthur, de Thomas Malory, et conte les aventures d'Arthur, seigneur breton, depuis son accession au trône jusqu'à ce que les producteurs jugeront rentable de tourner.

Deux séries plus ou moins fantastiques - dans l'une interviennent des personnages caractéristiques du genre, dans l'autre la magie - et très certainement médiévaux sont actuellement diffusées aux Etats-Unis, sur HBO pour la première et Starz pour la seconde. Il me paraît donc intéressant de publier leurs critiques côte à côté, d'autant plus que j'ai commencé le visionnage de Game of thrones et Camelot en même temps.

Monday, May 9, 2011

Voir la mer, de Patrice Leconte

Les vacances d'été débutent, et Nicolas et Clément, deux frères mécaniciens dans un petit village de Bourgogne, ont décidé de traverser la France pour aller voir leur mère malade à St Jean de Luz. Nicolas est un grand enfant, naïf et heureux; Clément un grand frère plus mûr, qui vit une rupture sentimentale difficile. Débarque Prudence, rencontrée en un soir, qui fuit un petit ami plus âgé et très protecteur. Prudence n'a jamais vu la mer, et embarque avec les deux frères pour un road-trip et un triangle amoureux.

Friday, May 6, 2011

La solitude des nombres premiers, de Saverio Costanza

Mattia, enfant, avait une sœur jumelle du nom de Michela; c'était son boulet, cette petite retardée accrochée à ses baskets. Plus grand, Mattia n'a plus de sœur, il se retranche dans ses études et se coupe régulièrement les veines, ou n'importe quoi d'autre. Alice, enfant, est sans cesse poussée par son père pour briller partout; sa mère est là mais absente, dépressive. Plus grande, Alice est anorexique, les jolies filles du collège se moquent d'elle. Alice et Mattia finissent par se croiser, et vivent côte à côte comme deux nombres premiers jumeaux, qui font leur chemin ensemble sans jamais vraiment réussir à se rencontrer, meilleurs amis pour la vie mais incapables de vivre à deux.

Thursday, May 5, 2011

Y'a plus de saison des séries - The Kennedys

Je ne comprends pas ce qui se passe dans la production américaines, ça fout en l'air tout mon système de titres ingénieux pour parler des séries. En ce moment, je ne suis plus que How I met your mother, The Big bang theory et Brothers and sisters, plus par habitude et parce que je n'ai pas grand chose à me mettre sous la dent que parce que ça me passionne. Une seule série a démarré ces derniers temps, et je vous en toucherai un mot ainsi que d'une autre série qui lui ressemble - teaaasiiing! En attendant, j'ai avalé rapidement les 8 épisodes de la mini-série The Kennedys, qui devait être diffusée aux Etats-Unis et au Canada sur History Channel/History Television. Après moults rebondissements, et pour cause de vérité historique douteuse, la diffusion s'est finalement faite quelques mois plus tard sur ReelzChannel. Avec tout ça, impossible de saisir le début de la série, et j'ai pour une fois attendu toute la saison pour la regarder.

Wednesday, May 4, 2011

365 Project - Avril

Ce mois d'avril montre les dernières images prises par mon Canon G9, compagnon trimbalé à New York, et fidèle appareil depuis quelques années. Il a été remplacé tout début mai par un Panasonic Lumix GF1 avec un objectif 20mm à focale fixe 1.7. Ça vous fait une belle jambe, je sais. En tout cas, je suis ravie d'accueillir cette nouvelle bestiole, et vous allez avoir du flou dans tous les sens le mois prochain, des gros plans à gogo. En attendant, profitez des flares de cette dernière fournée de Canon à objectif rayé. Cliquez ici pour aller sur mon Tumblr et découvrir les photos en plus grand.



Tuesday, May 3, 2011

Tomboy, de Céline Sciamma

Laure déménage souvent avec sa famille, mais cette fois-ci, ses parents ont décidé qu'ils resteraient dans cette banlieue jolie, où les grands immeubles s'entourent de verdure. La mère de Laure est enceinte et Laure et sa petite sœur, Jeanne, vont accueillir, à la fin de l'été, leur petit frère. En attendant, dans la chaleur lourde des vacances, tandis que leur mère se repose, Laure et Jeanne jouent ensemble, et Laure part à la découverte des gamins du quartier. Elle se présente à eux en tant que Michaël, et conserve en tremblant ce secret qui lui permet de jouer au football, de courir et de se battre comme un garçon.


Monday, May 2, 2011

Animal kingdom, de David Michôd

Josh a toujours été tenu éloigné de la famille de sa mère, mais quand celle-ci meurt d'une overdose d'héroïne, il se retrouve propulsé dans un univers de braquages, banditisme et de drogue. Rejoignant sa grand-mère et ses fils, Josh observe sans s'y intégrer les traques inlassables, la persistance de Nathan Leckie, inspecteur à démanteler cette famille de voyous. Josh, nouvel élément dans ce monde abrupt, semble faire accélérer les choses, et, même s'il n'a l'air qu'un observateur discret, prend une place de plus en plus importante, jusqu'à avoir le pouvoir de faire basculer sa vie et celle de sa famille d'un côté ou de l'autre.