Pages

Thursday, September 30, 2010

Simon Werner a disparu..., de Fabrice Gobert

Une banlieue parisienne, un lycée comme les autres, des élèves prêts à passer le bac; rien de spécial dans cette bourgade aisée, si ce n'est la disparition de Simon Werner. La cause la plus plausible est la fugue. Cependant, lors de la soirée d'anniversaire de Jérémie, qui fête ses 18 ans, Clara et Luc découvrent un corps dans le bois d'à côté. Cette soirée qui tourne au drame est le point de départ et le point d'arrivée du film; à partir de cette première séquence, on remonte le temps et on suit Jérémie, la jolie Alice, et tous les autres... Jusqu'à découvrir l'origine des disparitions de Simon, et de deux autres élèves de la classe de Jérémie.


Monday, September 27, 2010

Amore, de Luca Guadagnino

Une famille italienne, unie par un société commune, que le grand-père, patriarche de ce clan, se prépare à laisser entre les mains de sa descendance, dénoue des liens qui semblaient si forts, et qui finalement se révèlent fragiles. Entre Milan, San Remo et Londres, le cœur des Recchi est aussi incarné en la figure maternelle d'Emma, chez qui toujours chacun revient. D'origine russe, Emma se sent aujourd'hui complètement italienne; à l'image de son clan, elle dépend des uns et des autres, mais chacun dépend surtout de sa force. Cependant, lorsque des fissures apparaissent, Emma est celle pour qui le démantèlement de sa famille est le plus dangereux, douloureux.

Sunday, September 26, 2010

La rentrée des séries #1

Cette semaine de septembre, les écrans américains ont vécu le retour des séries; et mon vidéo-projecteur aussi. En deux parties, voilà ce que j'en retiens. On commence ce qu'on a déjà vu, et qui redémarre, en beauté pour la plupart - vu que j'ai sacrifié des séries dont la première saison ne m'avait pas plus emballée que cela.


Friday, September 24, 2010

L'amour fou, de Pierre Thoretton

Yves Saint Laurent est décédé le 1er juin 2008 à Paris. Qu'on s'intéresse, ou pas, à la mode, ses silhouettes ont révolutionné notre façon de nous habiller. Quant à sa vie, publique et privée, on la connaît dans les grandes lignes: sa naissance à Oran en Algérie, ses débuts chez Dior; il reprend le flambeau à la mort du maître, rencontre Pierre Bergé, crée sa propre maison, et rencontre le succès qu'on lui connaît. Timide, rattrapé par ses angoisses, il prononce son discours d'adieu en janvier 2002, et fête aussi cette année là les quarante ans d'existence de sa maison de couture. Il meurt quelques années plus tard, et laisse son compagnon de toujours, Pierre Bergé, seul dans leurs maisons de Paris, Marrakech et en Normandie, peuplées d'objets d'art qu'ils ont collectionné ensemble, inlassablement. En 2009, Pierre Bergé vend cette collection incroyable, disparate, et grandiose.




Thursday, September 23, 2010

Une chinoise, de Xiaolu Guo

Li Mei s'ennuie dans son village en Chine. Comme l'indique le titre du premier chapitre, elle n'a jamais été plus loin qu'à huit petits kilomètres de chez elle. Il n'y a pas grand chose à faire là, à part se faire houspiller par sa mère qui confond ennui et paresse. Le petit ami de Li Mei, lui, travaille dans la ville la plus proche, il connaît des gens, il a un Ipod et un scooter rouge. Violée par un camionneur qui lui a toujours témoigné de l'affection, Li Mei part. D'ouvrière à prostituée, elle laisse un petit voyou la protéger. Une fois mort, au hasard des coups de couteau, elle prend son argent et va jusqu'à Londres où, une fois encore, elle traîne au gré du hasard et des protections masculines plus ou moins affectueuses.

Wednesday, September 22, 2010

Ces amours-là, de Claude Lelouch

Ilva se rappelle... Son premier amour, elle l'a délaissé pour flirter avec un soldat allemand pendant la Seconde Guerre mondiale. Cet amant honteux a sauvé, puis tué son père; il l'a abandonnée, la guerre finie. Les deux Américains, qu'elle a aimés autant; l'un, mort, qu'elle aurait dû épouser, et l'autre, toujours vivant, avec qui elle s'est mariée. Une histoire d'amour, encore une, se termine en drame. Et l'avocat qui la défendait alors, avait compté ses amoureux passés, avec une verve élégante, évoquant ses propres souvenirs, le piano, un camp de concentration, la musique. De 1939 à 2010, il s'en est passé du temps. Ilva, devenue vieille, aveugle, se rappelle de tout, en écoutant la musique de son fils.


Tuesday, September 21, 2010

Old movies #4 - The wizard of Oz, de Victor Fleming

Dorothy, orpheline, mène une douce existence auprès de son oncle et de sa tante et de son chien Toto dans une petite ferme du Kansas. Une tornade survient un jour, et emporte Dorothy et Toto dans un étrange pays peuplé de petits Munchkins. Cette étrange civilisation chantante est terrorisée par une méchante sorcière verdâtre, et protégée par une gentille sorcière vêtue de rose. La méchante sorcière, furieuse de voir les chaussures rouges de sa sœur morte aux pieds de Dorothy, sacrée nouvelle sorcière du comté, lui met les bâtons dans les roues alors qu'elle suit le chemin d'or qui doit la mener au grand magicien d'Oz, seul à pouvoir la renvoyer dans son Kansas. En chemin, Dorothy et Toto croisent trois créatures qui deviendront ses compagnons de route; tous ont une requête à faire au magicien d'Oz: l'épouvantail a besoin d'un cerveau, le bonhomme de fer désire un cœur, et le lion manque de courage.




Monday, September 20, 2010

The Runaways, de Floria Sigismondi

Les Runaways, à la fin des années 1970, formèrent un groupe éphémère et retentissant, exclusivement composé de filles à peine âgées de seize ans. Kim Fowley, leur manager, sentait chez ces filles électriques le potentiel provocateur et financier qu'il cherchait. A la façon d'un Malcolm McLaren pour les Sex Pistols, Fowley influença son groupe, et le projeta sur le devant de la scène. Inspiré des mémoires de la chanteuse Cherie Currie, le film explore les périodes de tâtonnements, de découvertes, le succès et la chute des Runaways, à travers la relation de Cherie Currie et de la "tête" du groupe, Joan Jett, qui continua l'aventure après le départ de la chanteuse leader.


Sunday, September 19, 2010

Miral, de Julian Schnabel - Drop dead diva

Je ne vais malheureusement pas vous dire grand chose sur ce film: je ne l'ai pas vu. Enfin, juste les vingt premières minutes, peut-être trente. L'histoire se déroule à Jérusalem, de 1947 à 1994 il me semble, et se serait certainement attaché à suivre les destins croisés de femmes palestiniennes dans un État israélien... mais je n'ai pas eu le temps d'en savoir plus, vaincue, une fois de plus, par une réalisation houleuse, caméra à l'épaule, qui m'a donné la nausée.

Friday, September 17, 2010

Old series #3 - Twin Peaks, de David Lynch

Gens, j'ai commencé à regarder Twin Peaks. Ça faisait aussi partie de mes lacunes en matière de classiques jamais vus. J'ai regardé le pilote, 1h30, le premier épisode, 1h30, et les deux suivants, 1h30 à eux deux. Plus c'est long plus c'est bon, on dit.


Thursday, September 16, 2010

Teaser - Les séries de la rentrée

Mad men, la saison 04, est certainement mon meilleur passe-temps ces soirées-ci. J'ai mangé les trois premières saisons de cette série comme du petit pain, elle ne devient que meilleure avec le temps. Cependant, sans reprise de In treatment, ni Breaking Bad pour le moment, j'ai aussi envie de chair fraîche. Avez-vous acheté quoi que ce soit à la vente Ebay des meubles des anciens bureaux des Mad men? Voilà ce que je je prévois comme traitement dans les prochains mois, ou même dans les prochaines semaines.



Monday, September 13, 2010

Le goût de la vie, de Scott Hicks

Kate est chef d'un petit restaurant; professionnelle jusqu'au perfectionnisme, elle se lève à l'aube pour choisir ses produits et ne rentre qu'après le dernier service. Pas d'homme donc, une vie entière tournée vers la cuisine. Sa sœur, le seul être avec qui elle a un semblant de vie sociale - je ne compte pas son psy -, meurt brusquement, lui laissant sur les bras sa petite fille de neuf ans, Zoé. Kate adore Zoé, mais a du mal avec les rapports humains. La petite fille refuse de manger tout ce que Kate prépare... Après une semaine d'absence, Kate revient au restaurant, et découvre son nouveau sous-chef, Nick. Exubérant, d'origine italienne, il s'est mis l'équipe et la patronne du restaurant dans la poche. Mais il vient surtout là pour avoir la chance de travailler avec Kate.


Saturday, September 11, 2010

Benda Bilili!, de Renaud Barret & Florent de la Tullaye

Renaud Barret et Florent de la Tullaye n'en sont pas à leur premier voyage au Congo; c'est même le troisième film de ces baroudeurs qui souhaitent plus que tout à offrir une image juste de la capitale du pays, Kinshasa, ville d'une pauvreté quasi totale. Ils prévoyaient de filmer l'art de rue; ils ont rencontré le staff Benda Bilili!, groupe de paraplégiques. Leur aventure a duré cinq années et les a mené autour de l'Europe dans une tournée des festivals musicaux.





Sunday, September 5, 2010

Submarino, de Thomas Vinterberg

Nick et son frère sont très jeunes lorsqu'ils prennent la responsabilité du dernier-né de leur alcoolique de mère, volant du lait pour lui dans les supermarchés, le baptisant en cachette,.. Malgré leurs efforts malhabiles, l'enfant meurt. La culpabilité les rongera à jamais. Nick, adulte, vit dans un centre dont les murs sont en papier, et trouve le réconfort de sa vie auprès de ses bouteilles et dans la bouche de sa voisine de palier, nymphomane qui a perdu la garde de son fils; le frère de Nick a trouvé refuge dans l'héroïne et tente tant bien que mal d'élever son fils, Martin, qui l'adore, tout en répondant à ses désirs de camé. Les deux hommes semblent bien ne pas pouvoir échapper à leur destin, enclenché avec la mort de leur petit frère.


Friday, September 3, 2010

Old movies #2 - David Lynch - Woody Allen

Je sais, je sais, ce n'est pas si vieux. En tout cas, j'ai cette fois visé plus proche de nous. Mais cette catégorie est aussi faite pour regrouper les films et/ou réalisateurs dits cultes, indispensables, dont je n'ai pourtant pas visionné plus de dix minutes. Je me suis notamment rendu compte que, de David Lynch, je connaissais plus l'aura que les réalisations: Elefant Man, plusieurs fois, il y a longtemps; Dune, la catastrophe infligée à un de mes livres de chevet (à revoir, cependant); et Mulholland Drive, l'évidence, nommé aux Academy awards. Je commence donc mes séances de rattrapage, et Lost Highway est venu en premier, concours de circonstances (download plus rapide, co-visionneur plus intéressé).