Pages

Monday, October 31, 2011

Les marches du pouvoir, de Georges Clooney

Mike Morris et Ted Pullman s'affrontent dans l'Ohio pour l'investiture démocrate aux élections primaires aux Etats-Unis. Devant les caméras, ils font le show. Derrière eux, des centaines de petites mains leur facilitent le passage. Ces petites mains sont menées par deux directeurs de campagne, qui supervisent chaque discours, conseillent le candidat, vont lui chercher des voix auprès des grands électeurs. Ces directeurs de campagne sont Paul Zara pour l'un, Tom Duffy pour l'autre. Les sondages annoncent des résultats serrés. Celui qui ferait la différence, serait-ce Stephen? Bras droit de Paul Zara, il soutient donc Mike Morris. Mais Tom Duffy tente de le recruter pour Ted Pullman, et Stephen, malgré sa droiture, pense un moment à son avenir plutôt qu'à ses convictions. Il doit être auprès de celui qui va gagner. Une seule faiblesse, un seul écart, peut faire basculer toute une campagne et plusieurs vies.


Sunday, October 30, 2011

La rentrée des séries #8 - Suburgatory, Up all night

Ah, j'avais peur d'ajouter des séries à ma liste déjà trop longue de télé à ingurgiter... Mais deux pilotes ridiculement nullissimes m'ont vite rassurée, ce ne seront pas Suburgatory ni Up all night qui vont me voler mon temps. Sans hésiter, sans deuxième chance, j'ai jeté ces séries dans ma poubelle virtuelle.


Saturday, October 29, 2011

Concours - Gagnez des codes VoD pour Une séparation, d'Asghar Fahradi

Je vous avais annoncé il y a quelques temps un partenariat avec UniversCiné. Si je l'ai accepté, c'est surtout pour permettre à mes lecteurs d'en profiter! A l'occasion de la sortie DVD de Une séparation, je vous propose de gagner des codes VoD pour découvrir ce film. Asghar Fahradi n'avait pas forcément toutes les cartes en main, malgré des récompenses lors de divers festivals, pour remplir les salles. Avec un sujet compliqué, qui mêle questionnement personnel, et contexte politique, il lui fallait un public très ouvert, curieux et un peu engagé. Le film avait réussi son buzz et à connaître un bon petit succès - peut-être un peu grâce aux blogs, aussi. Si vous n'avez pas vu ce joli film au cinéma, il n'est donc pas trop tard pour le découvrir, en jouant et répondant à la question suivante en envoyant un mail à concours.fannybens [at] gmail.com.
Quelles récompenses le film d'Asghar Fahradi, Une séparation, a-t-il reçu à Berlin cette année?


Thursday, October 27, 2011

La rentrée des séries #7 - Once upon a time, Revenge

S'il vous plaît, sauvez-moi de cette rentrée! Après un désœuvrement total de quelques mois, j'en étais d'abord ravie... et plus le temps passe, plus il semblerait que je n'ai pas encore fait le tour de toutes les séries que les écrans US peuvent produire. J'entame des dizaines de séries, je suis submergée, quand aurais-je le temps de toutes les suivre? Voilà encore deux nouveautés que je n'avais pas prévues, mais qui m'ont semblé intéressantes à découvrir.


Wednesday, October 26, 2011

Polisse, de Maïwenn

Polisse est la plongée 24h/24 au sein d'une équipe de la Brigade des mineurs. Ils reçoivent les enfants qui n'osent pas avouer les attouchements des adultes; les adolescents vieillis trop tôt qui se donnent sans scrupule; les mères qui se jugent indignes; les pères qui ne voient pas où est le mal; des enfants exploités;... Des milliers de cas, jamais les mêmes, que cette équipe digère chaque jour. Et le soir, il faut rentrer chez soi et faire comme si la journée était finie, alors que les injustices continuent et reprendront leur litanie le lendemain.


Monday, October 24, 2011

La rentrée des séries #6 - Boss, Grimm, Bored to death, Boardwalk empire

Encore deux petites séries, étant donné que celles que j'ai découvertes lors de la rentrée 2011 ne m'ont convaincues qu'à moitié; Pan Am me plaît beaucoup, et je continue également à suivre Homeland, mais j'ai lâché toutes les autres. Heureusement, on a encore quelques pilotes à se mettre sous la dents, en plus de la reprise de Bored to death avec sa troisième saison.


Friday, October 21, 2011

Diane Arbus, au Jeu de Paume

J'adore la photographie, et aime me renseigner à son propos. Cependant, même en appréciant la technique, j'ai du mal à me contraindre à suivre des règles, à les apprendre surtout. On apprend autant en ingurgitant des images de professionnels, et c'est pourquoi je me rends assez systématiquement au Jeu de Paume. Cette fois-ci, ce sont plus de 200 tirages de Diane Arbus qui y sont présentés sur les deux étages. Deux salles concluent l'exposition avec une chronologie de la vie de Diane Arbus, et quelques mots sur la technique qu'elle emploie - partie passionnante et souvent délaissée.



Thursday, October 20, 2011

Gasland, de Josh Fox

Josh Fox a grandi près d'une rivière à Milanville en Pennsylvanie, sur un terrain de plusieurs hectares qui pourrait lui rapporter gros alors qu'en mai 2008, une compagnie d'extraction de gaz lui propose d'y installer ses puits. C'est le début d'une recherche, caméra au poing, pour découvrir ce que les compagnies de gaz naturel proposent exactement, la manière dont ils s'implantent et investissent de plus en plus de terrains aux Etats-Unis. Cette énergie, censée être propre et économique, révèle ses dangers pour la santé. Peu protégés, les sites d'extractions détruisent tout un écosystème et les sous-terrains, choqués par une énorme quantité d'eau et de produits chimiques, se fissurent; le gaz naturel présent dans les sous-couches de la terre s'infiltrent jusqu'aux conduits d'eau potable des habitants, remontent dans des robinets qui crachent alors une eau boueuse, qui s'enflamme, et, consommée, influe sur la santé.


Wednesday, October 19, 2011

Breaking Bad, saison 4

Dès la 1ère saison, Breaking Bad m'avait déjà subjuguée. Le rythme était trépidant, stressant, l'histoire bien ficelée, les personnages principaux charismatiques, l'image absolument superbe. Toutes les saisons, depuis, ont réussi à se suivre et se ressembler tout en apportant à chaque fois des éléments nouveaux, et de la richesse à la série. Alors les puristes se demanderont où est bien passé le cancer de Walt. Je répondrais qu'on s'en fiche, et que justement, il vaut mieux ne pas se cantonner au tout premier pitch. Breaking Bad a su évoluer et se renouveler, jusqu'à cette saison 4, que certains trouvent un peu faiblarde.



Tuesday, October 18, 2011

Un monstre à Paris, de Bibo Bergeron

1910, Paris est inondée, la Seine déborde de son lit. Les Parisiens construisent des passerelles de bois, la Tour Eiffel baigne les pieds dans l'eau, et Montmartre surplombe l'océan qui noie la ville. Lucille remplit les salles dans un cabaret de la rue Francœur. Son amoureux d'enfance, Raoul, parcourt la ville dans son automobile nommée Catherine, livrant champagne et poules. Emile, projectionniste timide n'osant pas déclarer sa flamme à la jolie caissière, Maud, est témoin d'une étrange explosion engendrée par Raoul, un soir qu'il l'accompagne livrer un célèbre botaniste/inventeur au Jardin des Plantes. De cette explosion naît un monstre, une puce géante folle de chansons, qui réunit tous les héros autour de la musique, et permet également au préfet de la ville, Maynott, de détourner l'attention des Parisiens de l'inondation contre laquelle il ne veut pas dépenser un sou.



Sketchtravel, the end of the journey

Flash Info



Le voyage du Sketchtravel s'est terminé hier, avec une vente aux enchères qui a permis de récolter de quoi bâtir quelques librairies à travers le monde! L'original est parti pour 70.000€, et les versions collectors dédicacées ont permis de rapporter 6.000€.

Rendez-vous le 5 novembre à la galerie Arludik pour une séance de dédicace et pour fêter l'évènement en bonne compagnie.


Ici, une adorable vidéo réalisée par Dice Tsutsumi...

Monday, October 17, 2011

The artist, de Michel Hazanavicus

L'acteur hollywoodien du moment, c'est Georges Valentin. Sur les écrans, il sauve toutes ces dames, avec classe, humour et décontraction. Dans les journaux, il charme tout autant et rapporte gros à son producteur. Dans la vie, accompagné de son compagnon, le chien-acteur Uggy, il gère avec bonhomie le déclin de son couple et la fortune qui lui sourit. Georges croise brièvement Peppy Miller, jeune et jolie fan qui se lance dans le cinéma. Sa carrière d'actrice explose avec le parlant, et elle est soudainement en tête d'affiche, tandis que Georges tombe aux oubliettes.


Saturday, October 15, 2011

La route des Indes, de David Lean - A passage to India, d'Edward Morgan Forster

Dans les années 1920, Adela Quested quitte pour la première fois son Angleterre natale et suit Mrs. Moore, sa future belle-mère, pour rejoindre son fiancé, magistrat en Indes, à Chandrapore. Elle rêvait d'exotisme, et découvre, ainsi que Mrs. Moore, un peuple assujetti, regardé de haut par leurs colonisateurs; elle espérait l'amour, mais son fiancé semble plus habité par le mépris pour les Indiens que par ce sentiment. Mrs. Moore, vieille dame ouverte d'esprit, n'hésite cependant pas à bousculer les places prises par chacun, et Adela l'accompagne joyeusement dans ses découvertes d'un peuple et d'une culture différents des siens. Peu à peu, et grâce au surintendant du collège Richard Fielding, l'Anglais le plus intégré à la population, les deux femmes touchent enfin du doigt l'Inde véritable par le biais du Dr. Aziz Ahmed. Mais leurs différences sont difficiles à abolir, et le rapprochement, concrétisé dans les grottes de Marabar, canalise les tensions d'une population toute entière dans un procès fait au Dr. Aziz Ahmed par Adela, supposément abusée dans une des caves visitées.


Friday, October 14, 2011

Crazy Horse, de Frederick Wiseman

Le Crazy Horse, mythique pour certains, infiniment commun pour d'autres, existe depuis 1951 et propose un spectacle de danse nu qui se veut le plus distingué au monde. Frederick Wiseman a posé sa caméra durant onze semaines au milieu des répétitions, des réunions de travail, des essayages de costumes, des discussions de metteurs en scène, au Crazy Horse. Il a filmé la danse, mais pas seulement; il montre également des egos, de la création, soumise aux contraintes de production.


Wednesday, October 12, 2011

Drive, de Nicolas Rinding Refn

Un jeune homme, taciturne, partage sa vie entre le garage où il travaille, quelques cascades sur des tournages de film, et des braquages, auquel il participe en tant que simple chauffeur, semant les policiers et sans le moindre contact avec les truands, juste l'adrénaline de la course-poursuite. Son patron sur tous ces jobs, Shannon, parle de lui à un mafieux, Bernie Rose, qui s'associe avec Nino pour investir sur ce pilote, espérant le voir gagner pour eux sur des circuits. The driver, sans nom, accepte tout sans broncher; alors qu'il rencontre sa voisine, Irene, et son jeune fils, Benicio, il s'ouvre cependant un peu à elle. Mais le mari d'Irene revient, sortant de prison. Immédiatement et brutalement recontacté par ceux qui l'ont protégé en prison, il doit s'acquitter d'une dette avec un dernier coup, dans lequel the driver s'investit, pour le protéger et protéger Irene en même temps.


Monday, October 10, 2011

Toast, de S.J. Clarkson

Nigel Slater est aujourd'hui un cuisinier reconnu. Pour en arriver là cependant, il a du grandir dans les années 60 en Grande-Bretagne, loin de l'avant-gardisme londonien, à Wolverhampton, et passer outre les moqueries de ses camarades de classe option "tâches ménagères". Sa famille caractérise parfaitement l'époque. Sa mère est femme au foyer et ne se risquerait jamais à acheter des produits frais, ravie de cette formidable invention qu'est la conserve; son père rentre du travail en rouspétant, se met les pieds sous la table et refuse toute nouveauté. Dans ce contexte, le petit Nigel trouve le bonheur en observant le travail de Joshua, le jardinier. Mais Joshua renvoyé, la mère de Nigel décédée, le garçonnet se retrouve coincé entre un père difficile à aimer, et une bonne à tout faire décidée à épouser ce dernier, attaquant par l'estomac.


Sunday, October 9, 2011

Le post du weekend #8 - Sketchtravel

J'ai mon exemplaire!! Dans une petite librairie près de chez moi, on est allé me le chercher dans les placards; la librairie venait tout juste de le recevoir, et le libraire de le feuilleter. Je leur ai conseillé de mettre les exemplaires de Sketchtravel en évidence, j'ai embarqué le mien, excitée comme une puce. Le livre est épais, sa couverture cartonnée douce comme tissée. Je n'ai plus ce stress religieux en tournant les pages comme celui de l'original; j'ai envie de malmener ce carnet, de l'emmener voyager avec moi à Bruxelles, la semaine prochaine, pour la grande dédicace qui a lieu le 13 octobre; je souhaite qu'il ait sa vie de Sketchtravel, lui aussi.


Saturday, October 8, 2011

Le post du weekend #7 - Animation française

Allociné, dans un dossier intitulé Cinéma d'animation: la "French touch", réunit des courts-métrages qui valent le coup d'être vus, réalisés par des équipes françaises. On n'est effectivement pas totalement sur la touche dans l'animation en France; à vue de nez, et sans Wikipédia, je dirais qu'on produit, qualitativement parlant, les meilleurs films et séries, après les Etats-Unis, le Japon et l'Angleterre. Bien entendu, d'autres pays ne s'en sortent pas mal également, mais la France, avec ses petits moyens, possède une réelle culture de l'animation.


Friday, October 7, 2011

We need to talk about Kevin, de Lynne Ramsay

Eva est haïe par les habitants de la petite ville dans laquelle elle vit; sa maison est arrosée de peinture, une femme la gifle dans la rue. Mais, culpabilisant, elle encaisse, tente d'avancer en automate, se sent presque privilégiée qu'on accepte de lui offrir un job sans qualification dans une petite agence de voyage glauque. Comment en est-elle arrivée là? Dix-huit années plus tôt, amoureuse, elle a pris la décision, avec Franklin, d'avoir un enfant. Kevin est né, et les conflits ont débuté.


Thursday, October 6, 2011

365 Project - Septembre

Septembre est vite passé... Pour ceux qui se demandent où j'en suis avec mon DianaF, je ne l'ai utilisé réellement que ce dernier weekend ensoleillé d'octobre... Le résultat attendra encore un mois donc. J'ai réussi à me lâcher un peu, à ne plus faire tout une histoire de cette pellicule indélébile. Reste encore qu'une fois développée, elle va peut-être me jouer des tours. Bon, plus vite j'aurais terminé ces douze poses, plus vite j'aurai la réponse!


Wednesday, October 5, 2011

L'homme de Londres, de Bela Tarr

Maloin surveille la mer, calme, toutes les nuits du haut de son poste sur le port balayé par le vent. Témoin une nuit d'étranges rendez-vous, puis d'un meurtre, il récupère une mallette pleine de billets anglais. Le meurtrier rentre dans un hôtel, son butin abandonné, et le corps reste à la mer. Bientôt, un détective britannique se met à traquer Brown, un acrobate qui, semblerait-il, avait dérobé la mallette à son ancien patron.


Tuesday, October 4, 2011

La rentrée des séries #5 - Pan Am, The Plaboy club, Terra Nova, Homeland

Et la valse continue, je change définitivement de partenaires cette année! J'en ai quasiment terminé des saisons qui reprennent, toujours avec la même ritournelle; les nouveautés s'annoncent plus intéressantes, en tout cas plus intéressant que ce que j'ai pu découvrir à l'épisode #4.


Saturday, October 1, 2011

La rentrée des séries #4 - The big bang theory, How I met your mothe, Glee, Community, New girl, Ringer

Il y a d'abord celles qu'on suit depuis longtemps, et on se demande si on ne ferait pas mieux d'arrêter. Les habitudes sont toujours mauvaises, et il faut sacrifier sans regret un amour éteint au profit de nouvelles séries, qui, non contente d'être attractives par leur jeunesse, sont aussi plus prometteuses. Ce n'est évidemment pas le cas de certaines, et s'il y a un point sur lequel je reste terriblement fidèle, c'est l'interdiction totale de pitié. Si les deux ou trois premiers épisodes d'une première saison ne me plaisent pas, il n'y aura pas d'autre rendez-vous... Voilà un bilan de quelques semaines de diffusion sur les écrans US. Attention, on commence avec le pas terrible.


3ème Biennale des Images du Monde - Photoquai

La biennale de photographie Photoquai n'en est qu'à sa 3ème édition et est confiée cette année à la photographe et réalisatrice Françoise Huguier. Une dizaine d'institutions présente l'exposition, mais sa majeure partie se trouve dans le jardin du musée du Quai Branly, ainsi que sur le quai, juste en face. De la photographie donc, venue des quatre coins du monde, se trouve assemblée sur de grands panneaux, entre la Seine et le mur végétal du musée.