Pages

Thursday, June 30, 2011

Séries - Louie - Wilfred - Regular show - etc

Est-ce que vous remarquez cette immense concision du titre? Y'a plus de printemps, y'a plus de rentrée, y'a plus "plus de saison", y'a des séries. J'ai réglé mon problème de titres foireux selon la période de l'année, je ne suis pas assez calée sur le sujet de quand-quoi-comment sortent les séries pour être plus précise. Cela dit, si vous avez une idée de titre clair et néanmoins accrocheur, voire humoristique, décadent, ou juste pertinent, j'attends vos propositions.



Wednesday, June 29, 2011

Balada triste, d'Alex de la Iglesia

Javier, enfant, voit son père mourir, engagé de force dans la guerre civile espagnole. L'image qu'on retient de lui est celle du clown Auguste, en costume de scène, terrifiant et destructeur, armé d'une manchette et d'un nez rouge, sur le terrain de bataille. Javier grandit, et suit la tradition familiale en devenant clown; mais, antithèse de l'Auguste, il endosse le costume de clown triste. Il fait équipe avec Sergio, Auguste de génie mais homme violent en dehors du chapiteau. Il frappe sa petite amie, Natalia, qui, dans des accès de masochisme, retourne auprès de lui, non sans flirter avec Javier, par envie de sécurité et de douceur autant que par provocation. Javier et Sergio, au fil des ans, se battent et se défigurent, dans une scabreuse reconstitution de leur numéro scénique, pour Natalia, sur fond de dictature franciste.

Tuesday, June 28, 2011

Showtiiiime, avec la troupe Etcetera

J'ai quelques critiques en retard à taper, mais je ne peux pas attendre avant de vous parler de Showtiiiime. La troupe Etcetera sera encore un lundi soir, un seul, sur une scène au théâtre du Temple à Paris pour un dernier spectacle d'improvisation que j'ai découvert hier soir. Plus d'une heure durant, quatre comédiens de la troupe mouillent leur chemise et font fonctionner à fond leur cerveau devant une petite salle d'une bonne centaine de personnes survoltées elles aussi, sur des thèmes lancés par le public. Une chauffeuse de salle les dirige et nos quatre comédiens improvisent pour un spectacle chaque fois différent, et chaque fois d'une drôlerie à la hauteur de leur - immense - talent.

Saturday, June 25, 2011

Le post du weekend #1

Oui, non, je sais, ce titre ne sert à rien puisque je publie autant ou aussi peu en semaine que durant le weekend, vu que mon job me permet de vivre en décalage total, et que je n'écris pas en fonction du jour mais plutôt de l'inspiration et des films avalés à vitesse plus ou moins grand V. Enfin cela servira toujours à repérer la rubrique blabla qui regroupe absolument tout et n'importe quoi, des images toujours, mais moins centrée cinéma-cinéma.

Thursday, June 23, 2011

Pater, d'Alain Cavalier

Alain Cavalier propose à Vincent Lindon d'interpréter un Premier ministre français dans son prochain film; pendant près d'un an, les deux hommes se voient, discutent de leurs personnages, se rencontrent dans la vraie vie pour préparer un film au scénario indéfini.

Wednesday, June 22, 2011

Monsieur Hire, de Patrice Leconte

Monsieur Hire est surveillé de très près par un détective, enquêtant sur un meurtre. Il a tous les bons atouts d'un coupable: personne ne l'aime vraiment, les chiens aboient sur son passage, il vit reclus, sans amis, sans attaches. Monsieur Hire, au centre de ses investigations, n'a pourtant d'yeux que pour sa jolie voisine et se soucie guère de ce que l'on pense de lui. Depuis sa fenêtre, il observe Alice, qui passe sa jeunesse auprès de son petit ami, Emile. Soudain, Alice remarque le manège de Monsieur Hire. De l'effroi à l'exhibitionnisme, ils entament une étrange relation depuis leurs appartements respectifs, et se croisent aussi dans la cour de l'immeuble.


Monday, June 20, 2011

Une séparation, d'Asghar Farhadi

Simin et Nader semblent former un couple heureux, relativement aisé et ouvert sur la question religieuse; ils élèvent leur fille de 15 ans Termeh de manière à ce qu'elle devienne une femme libre dans un Iran plutôt oppressant. Cependant, Simin souhaite que leur avenir à tous les trois se contruise aux Etats-Unis, pays pour lequel elle a bataillé pour obtenir leurs visas; Nader, lui, souhaite rester en Iran, auprès de son père malade, atteint d'Azheimer, et qui ne peut se passer de soin. Sans Nader, Termeh ne part pas; sans sa fille, Simin ne part pas non plus. La jeune femme retourne donc vivre chez ses parents tandis que Nader engage une jeune femme très religieuse pour s'occuper de son père durant la journée. L'aide, enceinte sans qu'il ne le sache, doit cependant aussi gérer sa situation, celle de son mari au chômage, sa jeune fille et sa grossesse. Elle n'apporte pas les soins demandés par la maladie du père de Nader qui la renvoit alors, avec une brutalité mesurée; un geste inconsidéré entraîne une fausse couche de Razieh; une bataille judiciaire s'engage, en même temps que continue la pression dans le couples formé par Nader et Simin, déchirés en présence de leur fille.

Thursday, June 16, 2011

Brassens ou la liberté, à la Cité de la musique

Georges Brassens, mort avant ma naissance, et pas spécialement écouté par mes parents, n'a pas bercé mon enfance, même si, bien entendu, ses chansons les plus célèbres font partie d'une certaine culture générale acquise je ne sais trop comment. L'exposition qui lui est consacrée cet été à La cité de la musique est donc l'occasion de découvrir ce personnage; mais possède également l'attrait d'avoir été mise en scène par Joann Sfar, réalisateur, dessinateur, dont le talent n'a d'égal que l'enflure de ses chevilles. Il m'intéressait donc tout autant d'en apprendre sur une figure de la chanson française que de découvrir un autre pan du travail de Joann Sfar.



Wednesday, June 15, 2011

Le mari de la coiffeuse, de Patrice Leconte

Antoine, enfant, ne souhaite qu'une seule chose pour son avenir; Antoine, quand il sera grand, sera le mari d'une coiffeuse. Depuis ses maillots de bain en laine tricotée, depuis son amour inconditionnel pour la rousse et odorante coiffeuse chez qui il guettait l'ouverture d'un corsage, Antoine a cherché cet amour et le trouve. Son souhait est exaucé, il coule des jours heureux, avec seule sa coiffeuse à ses côtés.


Sunday, June 12, 2011

Annecy 2011 - Jour 6

Voilà, Annecy 2011, bon cru, mais c'est fini. Le palmarès est visible ici, et un grand bravo tout particulier à Arnaud Bouron et à sa série Le Petit Nicolas, qui a reçu le Prix du Jury, et à laquelle j'ai participé. C'était un peu la classe hier soir de faire partie de l'équipe primée. Bon, un peu de sérieux néanmoins, il y a encore deux séances auxquelles j'ai assisté hier, histoire de terminer le festival en m'abreuvant encore un peu plus d'images.

Saturday, June 11, 2011

Annecy 2011 - Jour 5

La journée a démarré sur un échec, celle d'une tentative d'entrer au Work in progress de La mécanique du coeur, séance à laquelle avait décidé d'assister probablement plus de 400 festivaliers. Entre les groupies de Mathias Malzieu, l'équipe curieuse de voir son boulot présenté, les gens invités au cocktail-mais-pas-priés-d'assister-au-WIP, ce fut une joyeuse cacophonie à laquelle j'ai vaguement participé, pas vraiment invitée, mais tentant tout de même une entrée... Raté. La journée fut donc plus calme que cela, et s'est de nouveau terminée par un cocktail suivi d'une réunion dans les montagnes, l'essence même du festival d'Annecy.


Friday, June 10, 2011

Annecy 2011 - Jour 4

La connection internet étant ce qu'elle est, la publication du message arrive un peu tard, mais sera riche... Trois projections hier, histoire de compenser avec le manque de la veille.

Thursday, June 9, 2011

Annecy 2011 - Jour 3

Il y a des jours comme ça, où le temps gris envoie les festivaliers se réfugier dans les salles. Bizarrement, malgré la pluie, ce n'était pas mon cas et je n'ai fait qu'une seule séance; la journée était people et champagne, on se rattrapera côté écrans les jours suivants.


Wednesday, June 8, 2011

Annecy 2011 - Jour 2

Deuxième jour à Annecy, et pas mal de séances...


Tuesday, June 7, 2011

Annecy 2011 - Jour 1

Je ne suis pas certaine d'y arriver, mais, au jour le jour, je vais tenter de garder une petite trace des films vus à ce festival d'Annecy! Enjoy...

Sunday, June 5, 2011

365 project - Mai

Déjà 5 mois! Mai a été surchargé côté boulot, d'où quelques photos dont je ne suis pas très fière, prises plus par dépit que par réel engouement et engagement. Désolée... Cela dit, une fois que ces photos sont publiées, je me sens si penaude que je me contrains à être plus attentive le lendemain.


Thursday, June 2, 2011

The murderer, de Na Hong-jin

Gu-nam, chauffeur de taxi, doit rembourser aux petits mafieux de Yanji, cette ville chinoise coincée entre la Corée du Nord et la Russie, le prix du visa de sa femme pour Séoul. Il n'y a pas plus déprimant que Yanji, où la population sino-coréenne vit pour moitié d'activités illégales. Gu-nam perd chaque soir ses gains au mah-jong, se réveille sous les coups de ses créditeurs, et repart travailler. Un soir, il est remarqué par Myun-ga, grosse pointure dans le monde du commerce illégal. Son air tenace, ses poings fermes, et sa malchance à toute épreuve en font le candidat idéal pour être envoyé en Corée du Sud tuer un homme, et ainsi rembourser sa dette. Gu-nam n'a rien à perdre, et prend le bateau pour Séoul, où il planifie son meurtre et se met à la recherche de sa femme. Les choses ne tournent pas à son avantage, et, après avoir récupéré le pouce de l'homme qu'il avait à abattre, commence une traque sans fin, engageant la police coréenne, Myun-ga et son équipe, mais aussi un mafieux coréen et ses hommes de main, tous derrière l'ancien chauffeur de taxi.