Pages

Wednesday, September 17, 2014

Mademoiselle Julie, de Liv Ullmann

La nuit de la Saint Jean est l'occasion de danses partout en Irlande en cette année 1890. Mademoiselle Julie reste dans la grande propriété de son père le Baron, seule avec deux domestiques qui se préparent à une calme soirée. Mademoiselle Julie est cependant attirée vers les cuisines où elle se livre, sous les yeux de la cuisinière effarée, à des jeux de séduction avec le valet, qui voit là l'occasion de monter en grade.


Ultra théatral, comme l'a désiré la réalisatrice, Mademoiselle Julie se déroule en quasi huis-clos et ne met en scène que trois personnages qui ont en bouche le texte de Strinberg, dont le film est tiré. Evidemment, la performance des acteurs est visible. Jessica Chastain, bourgeoise attirée par les bas-fonds, sans vouloir réellement s'y perdre, balance d'un pied sur l'autre: elle possède le pouvoir par son rang et son sang, et l'argent que son père détient. Mais sa fragilité est également évidente. Mademoiselle Julie souffre de la solitude et de ses rêves, piochés au hasard de lectures romantiques. Colin Farrell joue lui celui qui n'a pas l'air de vouloir y toucher mais crève d'envie de changer de place, de passer du sous-sol (les cuisines) à la lumière.


Jessica Chastain passe du rire aux larmes, nerveuse, puis sûre d'elle. Colin Farrell semble en permanence au bord de l'implosion, son envie de délaisser son statut de valet encore plus fortement accentué par son désir sexuel. Chacun sera déçu. Les bourgeois ne valent finalement pas mieux que leurs domestiques et ces derniers sont aussi des hommes, pas des bêtes. Le texte est fort, les personnages incarnés; il faudra aussi au spectateur une dose d'investissement pour se lancer dans ces 2h13 de film oppressantes, tant par le décor quasi unique et fermé que sous l'intensité de la relation entre Mademoiselle Julie et John.


Samantha Morton/Kathleen dans tout ça est un peu en dessous, mise à l'écart par les deux amants dans leur jeu de séduction, mais aussi car l'actrice, dans la seule scène ou elle peut enfin s'exprimer, est filmée de plus loin, laissée dans l'espace en train de gesticuler inutilement. John et Mademoiselle Julie sont eux filmés au plus pres, pour mieux saisir l'avidité du regard de l'un et la transparence fragile de l'autre.


Apparemment pas simple d'accès (long et en costumes), Mademoiselle Julie délivre pourtant un message moderne, interprété de manière également contemporaine.



Mademoiselle Julie
de Liv Ullmann
avec: Jessica Chastain, Colin Farrell, Samantha Morton,...
sortie française: 10 septembre 2014

No comments: