Pages

Monday, November 24, 2014

Les opportunistes, de Paolo Virzi

Dino Ossala saisit l'occasion de s'approcher des Bernaschi quand sa fille Serena fréquente le fils de la richissime famille. Sans en parler à sa compagne, enceinte, il investit tout ce qu'il a auprès d'eux. Carla Bernaschi ne sait rien des affaires de son mari. Elle en profite mais s'ennuie. Serena, elle, se fiche bien de l'argent de Massimiliano Bernaschi. Trois personnages et un point commun : un cycliste renversé dans un ravin et grièvement blessé.


Les premières images sont celles de cet homme qui rentre tard en vélo dans la nuit froide. Puis, de l'été à cet hiver-là, le film revient sur six mois dans la vie de Dino, de Carla et de Serena. Les opportunistes est un film chorale qui maintient tous ses personnages dans un espace-temps extrêmement réduit. Ils vivent les uns à côté des autres, s'entrecroisent fréquemment en six mois de bouleversements. Ils se parlent peu. Chacun, comme l'annonce clairement le titre du film, suit égoïstement son chemin et ses objectifs. Conduits par l'argent, de différentes manières : Dino n'en a pas et le désire ; Carla en a à ne savoir qu'en faire, acheter des rideaux, des objets d'art, un théâtre ? ; Serena brouille les pistes. Elle est l'antithèse lumineuse d'un monde cynique dominé par la finance. Ironiquement, son destin sera le plus sombre.


Montrer un monde avide de richesses, en l'opposant à un monde d'amour, est peu original. Le propos, même s'il est noir, reste conventionnel. La leçon réussit cependant à donner une bonne claque au spectateur en maintenant son intérêt éveillé par la question du début du film : qui a renversé le cycliste ? Malgré son importance, l'accident ne change pas la nature humaine. La perte humaine rétablira l'équilibre financier et le tout petit chiffre, deux cent dix-huit mille... et des poussières qui met le point final au film frappe fort. L'immoralité réside dans ce dernier chiffre, aussi ignoble que les personnages du film sont laids.


Cinéma splendide et monde moche, c'est le genre de conclusion qui me fait jubiler.


Les opportunistes
de Paolo Virzi
avec : Valeria Bruni-Tedeschi, Fabrizio Bentivoglio, Matilde Gioli,...
sortie le : 19 novembre 2014

No comments: