Pages

Tuesday, November 4, 2014

Lilting, de Hong Khaou

Kai mort, Junn perd un fils et Richard perd l'homme de sa vie. Junn et Richard pourraient se réunir pour faire leur deuil, mais le jeune homme se heurte aux différences culturelles avec la mère de son petit ami: placée en maison de retraite depuis que Kai et Richard s'étaient installés ensemble, la vieille dame cambodgienne ne parle pas un mot d'anglais et son fils ne lui avait jamais avoué son homosexualité.


Lilting est un joli film sur le deuil et les différences, qui se perd cependant parmi tous ses thèmes. Si Lilting est un film sur la mort, il montre la jeunesse et la vieillesse, l'amour qui s'oppose bien souvent à la mort. D'un côté, Richard est arrêté net en pleine pâmoison amoureuse. De l'autre, Junn s'approche de la porte de sortie, entourée d'autres vieillards comme elle, et voit son fils encore jeune fauché avant elle. Elle peut cependant vivre un regain d'amour auprès d'un Casanova de 80 ans dont elle ne comprend heureusement pas les discours triviaux.


Les différences de langage sont celles qui apparaissent tout d'abord de manière évidente et qui contribuent à séparer Junn et Richard. Une différence qui marque Richard au quotidien, homosexuel forcé de faire son coming-out en permanence, à chaque nouvelle rencontre. Junn, elle, ne s'est jamais complètement intégrée en Angleterre, où elle apprécie pourtant le système de soins, et où elle possède la nationalité. Est-ce à cause de ses origines sino-cambodgiennes, ou parce qu'une mère refuse de voir partir son fils et aimer quelqu'un d'autre qu'elle, que Kai ne lui a jamais avoué être homosexuel ? 


La mort, compensée par l'amour et l'humour, à travers le personnage d'Alan qui pelote joyeusement Junn; les différences, abolies avec l'aide de Vann, qui traduit les conversations de Junn et de Richard. Alan et Vann, deux personnages qui allègent la noirceur du film, mais dont le réalisateur a beaucoup de mal à se débarasser. Parce que finalement, il n'y a que Junn et Richard, réunis par Kai, séparés par leurs douleurs.


Le film se rattrape assez largement avec ses séquences "souvenirs". Junn et Richard ne sont pas si différents, lorsqu'ils imaginent que le jeune homme est encore à leurs côtés. L'un et l'autre lui parlent, pour apaiser son absence. En anglais ou en mandarin, qu'ils se rappellent ou imaginent de nouvelles scènes, tous deux font revivre Kai.


Grâce à cela, Lilting garde un fond touchant qui rehausse les maladresses d'un film émouvant.


Lilting
de Hong Khaou
avec: Ben Whishaw, Pei-Pei Cheng, Andrew Leung,...
sortie française: 15 octobre 2015

No comments: