Pages

Tuesday, September 20, 2016

Comancheria, de David Mackenzie

Tanner semble adorer commettre des crimes, mais ses petites délinquances qui l’ont mené en prison ne sont rien face au plan de son frère ; honnête depuis toujours, ce dernier ne voit pas d’autre solution que de braquer des banques pour sauver l’avenir de ses fils. Le plan bien rôdé attire l’intérêt d’un détective à l’aube de la retraite qui voit là le moyen de terminer sa carrière sur un coup d’éclat, ou d’éviter l’ennui avec un coup de fusil.


Ce film marque le début de ma vie sans carte de cinéma illimité. Libérée de la pression (toute relative) de la rentabilité par la quantité, j’ai passé des jours (des semaines ?) sans entrer dans une salle de cinéma, pour finalement choisir d’aller voir Comancheria. Un choix qui m’a paru évident, et pourtant, il semblerait que personne n’ait entendu parler de ce film. Il y a pourtant le désert américain, la ruralité texane, des flingues, de l’argent et des types pas moches. Une évidence, oui, pour moi seulement ?


Comancheria a tous les atours d’un film grand public. Pas un blockbuster, mais un bon divertissement capable de plaire au plus grand nombre. Voir les éléments cités ci-dessus. Le film reste néanmoins suffisamment pointu, l’image soignée. Un peu facile, vu le décor cinématographique choisi, l’immensité du Texas, ocre et brûlante. Le road-trip traverse des villes de cowboys, peuplées des personnages fantasques et terre-à-terre (mention spéciale à une matronne, tenant l’unique bar d’un bled perdu). Les plus civilisés sont finalement les quatre héros, scindés en deux groupes, d’un côté, les bons (les flics, un couple mal assorti qui trimballe tout le passé américain sur ses épaules, entre l’américain pur et dur, et l’Indien trempé dans le Mexique), de l’autre côté, les méchants (deux frères, purs produits d’une longue suite d’évènements dénués d’intérêt comme seul le Texas peut engendrer).


Divertissement donc, avec un bon fond de description sociale américaine, Comancheria, par son twist final, permet aussi d’introduire des éléments d’une amitié fraternelle, qui se répondent d’un côté et de l’autre, entre les flics et les fuyards. Poussées à bout, ces amitiés font exploser les règles et questionnent la morale. Est-ce que les méchants méritent de mourir, cernés par les flingues dans toutes les poches texanes, et les fusils à l’arrière des voitures ? Quel genre de société a mené nos deux truands à commettre des actes illégaux ?


Questions et réponses basiques, les dénonciations de Comancheria ne sont pas neuves mais réintroduites avec un rythme porteur d’émotion.


Comancheria
de David Mackenzie
avec : Jeff Bridges, Chris Pine, Ben Foster,...
sortie le : 7 septembre 2016

No comments: