Pages

Wednesday, September 7, 2016

Classics Challenge - Paris-Tours, 270k

Le Classics Challenge est une proposition, qui diffère de toutes les courses, rallyes, brevets, etc cyclistes. Paris, point de départ d'un bon nombre de tracés mythiques au fil des ans, met à portée des villes, à 140, ou 270 kilomètres. Sur ces parcours, voici les images et les récits des 5 propositions de cette première saison du Classics Challenge, avec mon équipe, les CSP Garrigou.
Frrr, frrr, droite, gauche, le bruit se rapproche, régulier, agressif. Sans méchanceté, des roues carbones me dépassent sur la route. Stéphane prend le relais, me laisse la place. Ma roue avant se colle à son pédalier. Le vent vient de l'Ouest. Une mèche de cheveux s'obstine à se placer pile devant mes yeux. Ma vision est obscurcie, mon ouïe encore plus affectée, côté gauche, par les bourrasques. Fffffffffff continuel. Au virage, on dévie (3, 4°, calcule Jeanne), le vent vient maintenant de derrière. Il se tait, les conversations reprennent.

On se demande chaque fois combien de temps le soulagement va pouvoir durer. Jamais plus de deux kilomètres. Le vent nous pousse dans le dos, sans bruit. On prend de la vitesse sur une ligne droite et la tension baisse passagèrement. Quatre cent kilomètres, encore cinquante devant, celui qui ose ouvrir la bouche pour faire le décompte se heurte à un silence agacé. Et si ça me motive, moi, de savoir combien il nous reste à rouler ? Chaque fois que je regarde mon compteur, j'ai l'impression qu'il s'est passé seulement cinq minutes, cinq minutes qui ont duré un peu plus à se battre contre le vent qui gueule ; je sais que le temps passe plus lentement quand ça souffle sur le côté ; seulement cinq minutes. Trois kilomètres de moins, gagnés dans la bataille, c'est énorme. Chaque coup de pédale, dans ce vacarme, un second jour de route, me parait un miracle, me fatigue un peu plus les jambes et me donne autant d'énergie. Je garde mes réflexions pour moi, muette.

Au loin les éoliennes se secouent. La veille, sur le trajet inverse, elles se tenaient parfaitement immobiles et c'était le soleil qui nous faisait nous taire. Un voyage en vélo débute toujours avec une grande désorganisation sonore. Il nous reste des heures à passer ensemble, la fin du trajet est trop loin pour qu'on y pense vraiment alors on discute, on s'éloigne, on s'emporte. C'est quand le silence se fait qu'on est vraiment parti. Quand on s'organise, et que le peloton cesse de s'étirer. Les plus rapides se tempèrent et protègent le groupe derrière eux. Des coups d’œil et des mots brefs remplacent les discours.  

Voiture ! Vrooum, en un éclair. Quelques éclats de colère, elle est passée trop près. Coup de klaxon, celui-ci est sympathique, bref, il dit bonjour, d'un geste le conducteur, la main par la fenêtre, nous souhaite bonne route. Un grondement plus lourd, un chargement de pommes de terre nous double. Clic clac, JP passe finalement sur le grand plateau et se lance à sa poursuite. Aspiré, au risque de se faire assommer par une patate, il se planque et profite. Gauche, JP ! Au rond-point, le tracteur l'abandonne, prend la première sortie. On se rattrape, on se réorganise, on roule toujours. Côte en vue, ce sont les pédaliers qui s'activent, clicliclic, tout le monde en même temps et au fur et à mesure qu'on monte, irrégulièrement selon la force des cuisses, on descend d'une dent, claquement, puis d'une autre. Au sommet, les respirations saccadent, les premiers regardent derrière. Les autres ne sont pas loin, on ralentit et on prend une gorgée d'eau tiède, on repart.

Le vélo glisse sur la route. Le pneu lui-même ne dit rien. Les rayons en revanche prennent l'air, le malaxent et le rejettent bruyamment. Roulement de billes, quand certaines jambes se laissent porter. On entend aussi tout autour les bruits des villages, les oiseaux des forêts. On sent l'air qui fraîchit, les champs coupés, les odeurs des cuisines dans les rues. On se parle, se répond, on s'entend. Le silence est le désespoir ; le bruit criant de la faim, les conversations et l'euphorie se partagent la route.
Un cycliste profite pleinement sur les 270 kilomètres qui le séparent de son but. J'arrive toujours au bout étonnée de mes découvertes. Rouler donne une capacité d'ouverture. Une méditation active, au fur et à mesure des kilomètres avalés, permet d'apprendre aussi par tous les sens.

 

No comments: