Pages

Tuesday, March 25, 2014

Now reading #7

Avant de partir pour Sydney, j'ai hésité mille fois, et finalement, je me suis offert un ebook. Ce ne devait pas être un achat si compliqué, étant donné que la moitié de mes cartons dans ma cave contiennent des bouquins. J'en accumule bien plus que des babioles. Mon ebook est génial, mais j'ai cependant plus de mal à choisir des livres; j'en ai des centaines, placés d'emblée sur mon ebook, mais comment savoir ce qui se cache derrière un nom de fichier en noir et blanc? Quant à trainer dans les librairies pour trouver l'inspiration, c'est compliqué: est-ce que cette quatrième de couverture qui me plait bien sera trouvable en format .epub? Je trouve l'inspiration sur les blogs que je suis quotidiennement... mais il y en a peu qui critiquent des livres, ou alors pas de mon goût. Voilà donc deux superbes découvertes de ces trois derniers mois. Et si vous avez des recommandations, je suis preneuse.


Consuelo, de George Sand
Consuelo est l'histoire de toute une vie, celle d'une gamine laide, née de père inconnu, et d'une mère espagnole et saltimbanque, à Venise, au XVIIIème siècle. Consuelo grandit auprès du beau batelier Anzoleto, qu'elle considère comme son fiancé et épousera certainement le moment venu. Consuelo est laide, mais elle a une voix magnifique, qui, en grandissant, fera d'elle une cantatrice reconnue, la Porporina. Son amour platonique, jaloux, et pas aussi fidèle, préfèrera toujours une autre, plus belle et moins talentueuse. Consuelo, grandie, enjolivée par les années, s'exile en Bohème, dans un triste château isolé pour tenir compagnie à une jeune baronne. Elle rencontre alors Albert. Le comte est d'un tempérament solitaire, à la limite de la dépression, et voit en elle sa Consolation.

Le roman se scinde en quatre parties, et fait largement plus de huit cents pages, je ne vais donc pas tout vous raconter. George Sand n'est pas fan de sa propre oeuvre, écrite dans l'urgence et parue en feuilleton; elle n'a donc pas subi de réécriture. Certains passages entraînent donc notre héroïne dans des chemins de traverse longuets; et la teinte générale du roman est hétérogène: le premier livre est un parcours de la jeunesse à l'âge adulte; le second ressemble à un roman gothique; et puis arrive un roman d'aventures,... Les personnages sont possédés par trop de fièvre, Consuelo est trop parfaite dans sa bonté féminine, Albert trop blafard,... cependant, si un premier jet d'écriture donnait à chaque fois un roman aussi beau que celui-là, qui nous transporte de pays en pays, par la passion et l'art, je veux plus de feuilletons pourris de Georges Sand!

Si vous avez du mal à vous obliger à lire des classiques de la littérature, prenez sans hésiter ce pavé. Ca fait bien, lors des dîners d'amis, de dire qu'on a lu du George Sand, et on peut toujours garder pour soi qu'on a adoré.


The distant land of my father, de Bo Caldwell
Pour l'anecdote, je venais de sortir de la galerie The White Rabbit à Sydney. J'avais donc encore plein la tête d'art contemporain chinois, et je me disais que je lirais volontiers un roman qui se déroulerait en Chine. En marchant, je m'arrête dans une librairie, et j'en profite pour parcourir quelques quatrièmes de couverture. Le premier livre que je tire des rayons est celui-ci, The distant land of my father, et il se déroule à Shangai. Banco.

Le père d'Anna vient de mourir, et sa fille retrouve des carnets dans lesquels il raconte sa vie mouvementée, pour elle, et qu'elle se souvienne ou découvre qui il est. Anna reprend depuis son enfance, alors qu'elle vivait à Shangai avec son père, millionnaire, qu'elle adorait et admirait. La guerre fera revenir la mère d'Anna dans sa ville natale à Los Angeles, et Anna perd alors de vue son père. Espérer son retour est futile, car il est attaché à la Chine et y reste, sans se soucier semble-t-il de sa femme et de sa fille.

Anna lit certes les carnets que son père lui a laissé, mais le lecteur, lui, n'y plonge pas: il voit par le regard d'Anna les années de son père à Shangai, mais aussi celles d'Anna auprès de lui, puis avec sa mère, à Los Angeles. L'intelligente construction de l'histoire nous permet de suivre, au lieu d'un voyage, le récit d'une relation familiale compliquée, emplie d'admiration et de déceptions. La ville de Shangai est un personnage à part entière, une amante compliquée et torturée par la guerre.

No comments: