Pages

Friday, March 14, 2014

Y'a plus de saison des séries #37 - House of cards, Broadchurch

J'avais promis de retenter un visionnage de House of cards. En me concentrant, j'ai effectivement bien aimé la première saison, mais mon bilan est globalement le même que lorsque j'avais commencé à regarder, début 2013 la série: les séries politiques ne sont pas ma tasse de thé. Curieuse du phénomène Broadchurch, série diffusée en France par France 2, j'ai aussi visionné cette pépite britannique. Ils sont forts, ces Anglais.


House of cards raconte pour des manigances politiques, via le regard (très direct, puisqu'il s'adresse souvent directement, en aparté, à la caméra et donc au spectateur) d'un membre du Congrès américain. Frank Underwood se confronte à ses adversaires politiques, mais aussi à de jeunes journalistes aussi intéressés par la gloire - et pas forcément par la vérité. Le héros n'est pas le dernier à avoir les dents longues. House of cards tire son épingle du jeu avec la simplicité clinique de sa mise en scène et sa terrible noirceur. Et c'est pour cela que j'ai apprécié la saison 1: le héros est un vrai salaud, un putain d'enfoiré, de bout en bout, et il n'y a pas d'autres termes pour le décrire. Son cynisme fascine; son sang-froid pousse à l'admiration, alors même qu'on est choqué par ses méthodes. Et aussi, il a une femme, et l'aime, vraiment. Leur relation est une chose spéciale, dérangeante - elle, accepte la solitude, les nuits blanches, les nuits seules, et tient les apparences.

A partir de la saison 2, j'avais mon compte. Et je suis revenue à ce que je pensais au départ: c'est trop compliqué. Je saisis les enjeux de chaque épisode, mais Frank Underwood voit toujours plus loin que tout le monde. J'applaudis ses succès, je sais que son but ultime est la présidence, mais je suis incapable de savoir réellement ce qui le motive. Du coup, j'ai du mal à m'accrocher plus que cela. J'ai vu, j'ai compris l'engouement, est-ce qu'on peut me rendre Louie (en mai 2014!), Girls, maintenant?



Broadchurch se déroule dans la ville du même nom, dans un petit comté tranquille de Grande Bretagne. Deux enquêteurs, Ellie Miller et Alec Hardy, mènent l'enquête sur le meurtre d'un petit garçon dont le corps est retrouvé sur la plage. Ellie connaît la ville par coeur, ses habitants et ses secrets, et les parents du petit Danny; Alec est fraîchement débarqué pour prendre le poste tant convoité par Ellie, celui de capitaine de la police.

Le village isolé, les habitants comme une grande famille, la suspicion; la perte d'un enfant, la peur du grand tabou du sexe; les policiers et les journalistes. On sent le grand et beau brainstorming des scénaristes derrière le succès de Broadchurch. C'est réussi: les élements fonctionnent bien. On ne peut même pas regretter qu'il y en ait de trop, car ce sont des belles idées. Mais bon, on s'en fout, qu'Alec pique le job d'Ellie, et toutes les pistes offertes sentent évidemment la fin de la saison, un retournement spectaculaire de situation qu'on n'aurait pas pu sentir venir. Et le succès français vient d'une mise en scène quasi documentaire, et d'un certain aspect "ordinaire" très apprécié sur nos chaînes nationales.

C'est très bien foutu, il manque néanmoins ce petit truc en plus, celui que donnait Elisabeth Moss à Top of the lake par exemple, ou le parti pris fantastique des Revenants. France 2 a réussi à séduire, et augmente tout de même d'un bon cran le niveau, bien au-dessus des productions françaises diffusées sur les chaînes nationales.


En passant, on apprend aussi ces jours-ci que The big bang theory repartait pour 3 saisons de plus... Je pensais que c'était déjà la dernière, et c'est pour cela que je suivais la 7ème, mais je vais tout de suite cesser de ne plus rire à ces rallonges. Prévenez moi quand arrivent les 3 derniers épisodes, pour de bon.



House of cards
avec: Kevin Spacey, Robin Wright, Kate Mara,...
saison 02 depuis le 14 février 2014 sur Netflix (US)
Broadchurch
avec: David Tennant, Olivia Colman, Andrew Buchan,...
saison 01 diffusée en avril 2013 sur ITV (UK) et en février 2014 sur France 2 (FR)

No comments: