Pages

Tuesday, August 26, 2014

Les combattants, de Thomas Cailley

Arnaud s'apprête cet été à aider son frère dans la petite entreprise de leur père, juste décédé. Leur mère a beau s'inquiéter de la pérennité du commerce de bois, elle est heureuse de voir son fils travailler en famille. Mais la rencontre avec Madeleine, qui passe ses vacances avec ses parents dans la petite villegiature balnéaire, bouleverse les plans tranquilles d'Arnaud. Madeleine est une fille dure, qui s'entraine à survivre; elle rejoint un stage de formation militaire de deux semaines. Arnaud la suit.

Ni comédie, ni romance, ni drame; ni science-fiction, ni réalite-fiction; pas franchement poétique (les dialogues ressemblent au personnage de Madeleine, brutalement honnête) et pourtant cinématographiquement à couper le souffle, Les combattants est un film qui n'entre dans aucune catégorie tant ses caractéristiques s'opposent. A l'image de ses deux personnages principaux, Madeleine et Arnaud, le film ne cesse de rebondir sur ses contraires.


Elle, est forte, sûre d'elle, a une opinion sur le monde; lui, se laisse porter par le courant, choisit un chemin sans bosses pour son avenir, et laisse les autres se soucier des difficultés à sa place. Elle plonge avec des tuiles dans un sac à dos, et il a l'air presque fragile, à côté d'elle. Madeleine et Arnaud forment pourtant un couple auquel tout le monde croit, sauf eux, au début. Mais Les combattants n'est pas vraiment un film d'amour, je m'égare. Madeleine et Arnaud sont des compagnons tout d'abord. Leur alchimie les mènent au même endroit, ou les relations amoureuses ne sont d'ailleurs franchement pas recommandées.


Il écoute et obéit, elle fonce, égoïste. Il l'écoute et elle déblatère. L'absurdité des théories de Madeleine isole cette dernière et fait rire autour d'elle (spectateur compris). N'empêche que Madeleine a raison, le monde court à sa perte: les forêts brûlent, des villages sont désertés. Elle a peut-être tort de penser que c'est toute seule qu'elle s'en sortira.


Les deux acteurs sont formidables, Kevin Azais dans sa tranquillité, fait passer Arnaud de l'adolescence à l'âge adulte avec douceur. Adèle Haenel distille un peu d'Arnaud en Madeleine sans jamais perdre en intensité. Le film évite tous les stéréotypes et bâtit sa propre structure, un peu comme Madeleine voit la romance, avec franchise.



Les combattants
de Thomas Cailley
avec: Adèle Haenel, Kevin Azaïs, William Lebghil,...
sortie française: 20 août 2014

No comments: