Pages

Wednesday, August 20, 2014

Under the skin, de Jonathan Glazer

Un motard récupère une femme, blessée, au bord de la route. Ce n'est pas une femme, c'est plutôt une poupée, à voir comme il la trimbale. Dans un espace sans horizon, le corps est dépouillé de ses vêtements par une femme nue qui ressemble exactement à la poupée. Elle s'habille, puis va, au volant de sa camionnette, séduire des hommes esseulés prêts à l'accompagner.


Le film est long et répétitif, ne se dévoilant qu'à la dernière scène. Après l'introduction, le corps du film évolue peu: la femme répète le même schéma pour attirer les hommes; elle était poupée, elle devient robot. Le sort des homme est dévoilé peu à peu, mais ce n'est que pour être toujours plus étrange et mystérieux. Pourquoi, soudain, la femme décide-t-elle de changer de route, de vivre autre chose? Il nous manque un élément réellement perturbateur qui viendrait la bousculer.

Under the skin se construit couche après couche, chacune sembable à la précédente avec juste un élément supplémentaire à chaque fois. Le changement de direction ne vient que par ras-le-bol de ces répétitions, mais le spectateur, au milieu des mystères, aurait eu besoin d'un choc concret auquel se raccrocher. La suite est chaotique, puisque la femme avance maintenant au hasard. Elle croise sur sa route un homme bon et un homme méchant, chacun irrésistiblement attiré par son charme duquel elle ne joue pourtant plus. Perdue sans son texte qu'elle connaissait par coeur et ressassait à tout bout de champ, elle reste mutique.

De l'ordre et des répétitions au chaos, le spectateur reste toujours dans l'obscurité. Celle dernière est magnifiée, par une réalisation osée, qui alterne terne réalité dans une Ecosse toujours nocturne, et passages mystiques, dans des décors nus et noirs, sans murs, sans ciel et presque sans sol. Scarlett Johansson reste elle-même, belle et attirante, mais autour d'elle le monde est l'inconnu. Ni froid ni chaud, sans couleur et sans matière, les hommes s'y enfoncent et s'y perdent.


On finira par apprendre, ou deviner, qui est la femme. On ne saura jamais rien des motards ni de ce qu'il advient des hommes. Under the skin est un film d'atmosphère dans lequel le réalisateur a eu la prétention, pour bousculer les codes, de ne pas en suivre. Quelques repères auraient pourtant été les bienvenus.
 
Under the skin
de Jonathan Glazer
avec: Scarlett Johansson, Jeremy McWilliams, Lynsey Taylor Mackay,...
sortie francaise: 25 juin 2014

No comments: