Pages

Sunday, August 31, 2014

Cheatin', de Bill Plympton

Ella est belle et attire tous les regards mais les hommes n'ont droit qu'à son dédain. Lors d'une fête foraine, elle rencontre pourtant Jake. C'est le coup de foudre. Ils vivent sur un petit nuage jusqu'à ce qu'une prétendante de Jake le pousse à la jalousie. Se croyant trompé, Jake se perd dans les bras des femmes.

Bill Plympton est certainement un de mes cinéastes préférés, pour son talent incroyable et aussi sa personnalité extravertie et unique dans le cinéma d'animation. Il fait des films qu'il aime et qu'il souhaite faire, sans se soucier des normes actuelles. Pour l'avoir rencontré plusieurs fois au festival d'Annecy qu'il adore, et l'avoir écouté durant les masterclass qu'il ne manque pas d'y donner chaque année, j'aime aussi sa manière de faire: il conseille d'écouter le public pour lui donner un peu ce qu'il désire, dans le but que les films produits ne soient pas destinés à une niche minuscule; le public permet de financer chaque projet qui suivra..


Pour Cheatin', le financement était d'ailleurs devenu un réel problème pour Bill Plympton. Les distributeurs sont toujours frileux à lui donner des sous (d'ailleurs, un grand merci à ED Distribution qui soutient systèmatiquement le réalisateur en France). Du coup, Bill Plympton a financé son film via Kickstarter; bien lui en a pris car il écume actuellement les festivals avec Cheatin'. Ayant participé au financement du film, j'ai donc l'opportunité de le découvrir sur Vimeo (j'ai manqué les projections au cinéma en présence du réalisateur à Paris ET à Sydney, snif). Et j'en pense quoi? C'est du Bill Plympton.


C'est du Bill Plympton, donc il faut bien avouer que c'est toujours un peu la même chose, notamment au niveau du dessin, qui n'a pas bien changé depuis ses premiers courts-métrages. D'un autre côté, j'adore ce style et la patte caractéristique d'un auteur, quand la 3D nous fait oublier les dessinateurs derrière un film d'animation. Et les films de Bill Plympton sont suffisamment rares pour qu'on ne se lasse pas de son trait.


L'histoire est comme d'habitude clairement adulte, avec son lot d'attirance sexuelle et ses jalousies suicidaires. Sans paroles, sur une musique magnifique de Nicole Renaud, l'habituelle collaboratrice de Bill Plympton qui se surpasse, le film déroule en juste un peu plus d'une heure (même le format n'est pas conventionnel, c'est plymptonien, ça aussi!) un panel immense de sentiments entre les deux personnages: la solitude d'Ella est comblée par l'amour de Jake, tombeur de ces dames; triste et jaloux, Jake pousse Ella a une folie perverse pour récupérer son homme; la douleur de Jake empire et le conduira au suicide (raté).


Les sentiments ont beau être intenses, l'histoire est bien plus terre à terre que certains plymptoons, du genre Des idiots et des anges en 2008. C'est peut-être pourquoi il remporte un bon paquet de nominations en ce moment. Au-delà des récompenses, et puisque Bill Plympton aime le public qui le lui rend bien, j'espère bien que Cheatin' continuera à rencontrer ce public en DVD, encore longtemps après sa sortie en salle.



Cheatin'
de Bill Plympton
sortie française:23 avril 2014

No comments: