Pages

Thursday, October 9, 2014

Still the water, de Naomi Kawase

Sur l'île d'Amami, Kyoko passe son temps avec son ami Kaito. Elle, est une enfant de l'île, et sa famille y vit soudée; mais la mère de Kyoko est en train de mourir. Kaito, lui, a son père à Tokyo et ne voit jamais sa mère, qui travaille dans un hôtel d'Amami.

Naomi Kawase réalise un film d'apprentissage en apparence tout simple mais rendu complexe par le torrent d'émotions qui entoure Kyoko et Kaito. Les différences d'éducation de ces deux enfants les rapprochent; leurs rites de passage seront cependant des épreuves à affronter seuls.


Ils grandissent d'un seul coup en réalisant à quel point leurs familles construisent leurs identités. Pour Kyoko, c'est l'union de sa famille qui est mise à mal par la mort de sa mère. Chaman, sa mère n'est pas censée mourir; proche des dieux et de la nature, elle apaise Kyoko sans lui éviter la douleur de la perte. Kaito ne voit pas sa mère, et son père vit au loin. Il ne comprend pas l'amour qui existe cependant toujours entre eux. Sa mère trahit-elle son père, alors qu'elle va voir d'autres hommes, entre deux épuisantes journées de travail? Les adultes leur offrent des visions du couple opposées et alors que Kyoko et Kairo se rendent comptes du lien entre eux et de leur attirance mutuelle, ils réagissent aussi de manières différentes. Pour Kyoko, l'amour est une évidence, alors que pour Kaito y succomber équivaut à ruiner leur relation.


Autour d'eux la nature, très présente sur l'île restée sauvage et attachée à ses traditions, reflète toutes leurs indécisions. Le soleil réchauffe des corps qui vont bientot perdre leur lumière, peu importe la quantité de chèvres sacrifiées pour cela; la mer emporte les corps de ceux qui trahissent, et se déchaine comme la colère de Kaito, comme la tristesse de Kyoko. La part ultra réaliste du récit, qui voit grandir deux enfants, est contrebalancée par une dimension poétique très forte, plus importante que l'universalité du scénario. Still the water est en cela profondément japonais, le film est témoin d'une culture attachée à ses racines et à sa terre.



Still the water
de Naomi Kawase
avec: Nijirô Murakami, Jun Yoshinaga, Makiko Watanabe ,...
sortie française: 1er octobre 2014

No comments: