Pages

Tuesday, August 25, 2015

Fair play, d'Andréa Sedlackova

Anna court, sous la supervision de sa mère, ancienne joueuse de tennis professionnelle, et de son coach qui la verrait bien aller aux JO de 1972 en Allemagne de l'Ouest. Le gouvernement tchèque rêve aussi de médailles et met en place un programme de dopage secret pour booster ses athlètes. Anna en fait partie mais refuse après un temps de se piquer pour réussir.


Un film sur le sport, mais aussi contre la dictature "socialiste" (= communiste) de la Tchécoslovaquie avant sa disparition, le film mêle habilement l'histoire de la jeune Anna et celle de son pays. Le titre francisé (allez savoir pourquoi on traduit le titre d'un film qui est en anglais, même dans sa langue originale) n'est pas ultra subtil, quoique bien choisi. La ligne, c'est l'arrivée que cherche à atteindre Anna, le plus vite possible ; c'est aussi la frontière qui enferme sa mère et elle loin du reste du monde. Et la ligne rappelle forcément celle d'une drogue, même s'il s'agit ici d'un produit dopant. Le titre original, Fair play, met l'accent sur la décision de l'héroïne de passer en force, grâce à sa propre force (vitesse, et caractère) sans l'aide d'un produit dopant... et du gouvernement.


Avec une esthétique toute nordiste, c'est-à-dire minimaliste et sans fard, Fair play nous plonge au cœur de la Tchécoslovaquie, et des années 70. Les deux fonctionnent bien ensemble : le communisme et la privation des libertés sont aussi loin, gris, dépassés. Anna et sa mère écoutent une fréquence libre sur leur poste de radio dans un petit appartement où l'une d'entre elle n'a même pas de chambre ; le survêtement (combo pantalon et veste zippée) rose venu de l'étranger est un must have pour une jeune sportive. Ces détails éloignent encore la menace communiste, qui agit pourtant insidieusement dans le quotidien. Plus de vie privée, nécessité de répondre de chaque mouvement, et impossibilité de sortir du pays... D'autres genres de détails pèsent de plus en plus lourdement, alors qu'Anna montre des capacités de plus en plus palpables à ramener une médaille pour le pays.


Les intrigues secondaires servent toutes à enfermer un peu plus Anna au sein de ses frontières, et à l'étouffer un peu plus, de sa mère qui regrette une décision passée, à son petit ami qui lui montre la liberté à l'extérieur. Et si le film reste léger, avec sa thématique sportive, la conclusion n'en est pas moins sombre et sans appel.


Fair play
d'Andréa Sedlackova
avec : Anna Geislerova, Judit Bárdos, Roman Luknar,...
sortie le : 5 août 2015

No comments: