Pages

Monday, February 1, 2016

Les délices de Tokyo, de Naomi Kawase

A Tokyo, Sentaro tient une échoppe de dorayakis. Wakana, une adolescente solitaire, y passe du temps et est témoin d'une curieuse tentative de Tokue, une vieille femme aux mains tordues, pour travailler auprès de Sentaro. Elle lui confie sa recette de la pâte de haricots rouges confits (An) essentielle à la confection des dorayakis.



Profondément urbain, ce film de Naomi Kawase diffère en surface du précédent, Still the water. Les délices de Tokyo se déroule au sein même de la ville, qui foisonne autour de la toute petite échoppe de Sentaro. Le matin, les gens se rassemblent, stoppés soudain par les barrières d'un passage à niveau. Le train passe, les piétons redémarrent ; des lycéennes font une pause bruyante pour déguster les dorayakis ; Sentaro s'enivre dans les bars. Pourtant, la nature est présente partout : la floraison des cerisiers marque les saisons, et Tokue évoque l'image et le parcours des haricots rouges, plantés, germés, éclos dans les champs lointains. La cuisine, dans Les délices de Tokyo, va bien au-delà des saveurs.


Ce n'est d'ailleurs pas tout à fait de cuisine dont il s'agit, les dorayakis n'étant qu'un liant dans une recette dont l'ingrédient principal est l'humain. Tokue, Sentaro, Wakana, trois générations avec en fond une histoire de transmission. Mais chacun avec un fardeau qui le tient à l'écart des autres, l'héritage qu'ils se passent est discret. Il se tisse une amitié muette et réservée entre eux, dans laquelle les confidences se disent sans mots. La notion d'amitié est universelle ; cependant, Naomo Kawase, sans en faire tout un plat, montre des liens profondément japonais, qui se forment sur une colère rentrée, et se développent dans le plus grand calme.


Tout le scénario concentre, autour de pâtisseries très communes, des sentiments plus forts. Un peu comme l'apparente simplicité de la pâte de haricots rouges, qui demande en fait de se lever avant le soleil et d'être attentif ensuite à chaque changement de vapeur dégagée par la marmite, ou deux heures de repos entre deux étapes, pour laisser le temps aux ingrédients de se familiariser les uns aux autres... le résultat des Délices de Tokyo est un film simplissime empli d'une indiscernable minutie.


Les délices de Tokyo
de Naomi Kawase
avec : Kirin Kiki, Masatoshi Nagase, Kyara Uchida,...
sortie le : 27 janvier 2016

No comments: