Pages

Saturday, November 7, 2009

La rentrée des séries #5

V était la dernière série, remake d'une production devenue classique parmi les classique, dont j'attendais la sortie avec une certaine impatience. N'ayant pas vu le premier jet datant de 1984 - ce sera corrigé bientôt -, je ne pourrai évidemment pas faire la comparaison avec cette nouvelle production. L'épisode pilote de cette dernière montre des vaisseaux extra-terrestres prenant place au-dessus des principales capitales mondiales terriennes. La population, évidemment, s'affole, mais un visage féminin d'une grande beauté, se présentant comme le grand chef extra-terrestre, rassure la Terre avec un discours pacifiste, exprimant la nécessité d'un simple ravitaillement en carburant et le bonheur de rencontrer les humains. Evidemment, il y a anguille sous roche, et ces Visiteurs de l'espace ne sont pas vraiment ce qu'ils semblent être.



La série se déroule à New York, et suit plusieurs personnages, représentant les différentes réactions à l'égard de cette intrusion. Erica Evans, membre du FBI, doute de la pureté des intentions des visiteurs; elle trouve un écho à ses pensées en la personne du Père Jack Lowery. Le fils d'Erica, lui, se montre fasciné par la beauté et la technologie que proposent de mettre à disposition les V. Un journaliste ambitieux, qui a tapé dans l'œil d'Anna, la chef V, tente d'en profiter pour booster sa carrière. Ryan, un homme d'affaire amoureux fou, se voit obligé de prendre ses distances avec celle qu'il veut demander en mariage, pour ne pas révéler sa véritable identité.


Le schéma est donc classique, les personnages se croisent et leurs points de vues divergents offrent une perspective assez large des Visiteurs. Le rythme des révélations et des découvertes est une machine bien huilée, le découpage habituel et dynamique, sautant d'un personnage à l'autre à une cadence régulière. Côté scénario, rien de nouveau dans la science-fiction. Les extra-terrestres débarquent avec une merveilleuse technologie, des pommes qui volent et des traitements pour vivre presque éternellement. Rien de plus geek que cela, pas d'explication quant au point de départ des Visiteurs, ni leurs noms ni leurs coutumes, calquées sur les mœurs terriennes. Bien entendu, les beaux Visiteurs sont quand même des extra-terrestres, identifiables par leur couleur verte sous leur déguisement humain.


La première série de 1984 a connu un large succès par sa représentation d'un régime fasciste et d'une guerre de résistance qui se mit en place pour le contrer. Les références sont moins évidentes dans ce premier épisode de la nouvelle série. L'univers des V, avec leur technologie avancée, est représentée de manière assez banale. Flash Forward, dans le genre SF et construction qui entrecroise les personnages et leurs vécus différents vis-à-vis de la même situation, se présente comparativement comme une bien meilleure série pour le moment.


V
avec Elizabeth Mitchell, Scott Wolf, Morris Chestnut,...
saison 1 depuis le 03 novembre 2009 sur ABC

No comments: