Pages

Friday, January 10, 2014

#2014 #Sydney #07 - Pieds nus

J'ai été prévenue, en France, que les Australiens se sapaient horriblement. Il faut savoir que, vestimentairement parlant, on ne peut rien comparer à Paris. A Paris, on ne descend pas chercher le pain à la boulangerie à deux mètres de chez soi en pyjama; on enfile un vêtement, éventuellement décontracté, mais toujours porté avec élégance. Cette obligation est moins lourde en province; la capitale nous oblige à nous préoccuper de tels détails. Si on est beau à Paris, c'est souvent aux dépens d'un plus heureux laisser-aller.

  Janvier 2014 - Hyde Park
Janvier 2014 - Glebe Point Road, Glebe
A Sydney, l'apparence est bien futile. Et puis, on passe plus de six mois de l'année à plus de 25°C, à l'inverse de Paris: quand on porte moins de vêtements, on imagine moins d'empilements, il y a moins de recherche, c'est logique. La chaussure typique, la fameuse, hideuse UGG, je ne l'ai pas croisée ailleurs qu'en boutique; il y a pire, il y a la tong. La basket de running court aussi les rues (pour marcher). On pense aération de la voûte plantaire, légéreté, facilité (à enlever). Mes boots chéries dépériront, mais je ne succomberai pas pour autant à cette mode australienne: j'userai plutôt la semelle de mes Repetto (si quelqu'un passe dans le coin et souhaite me rapporter un cadeau de France, oubliez le fromage; pensez BB, taille 39.5, merci).
Janvier 2014 - City Road, Camperdown

Si le côté décontracté a du bon, il a aussi des revers: les Australiens semblent avoir du mal à distinguer la frontière entre pudeur et décence. Il y en a qui se baladent carrément pieds nus, pourquoi s'embarasser de chaussures? et en revenant de la plage, on peut se passer de pantalon une heure dans le bus. C'est la gente féminine qui montre le plus souvent sa chair, décolletant le haut ou (et) le bas. Les hommes manquent parfois aussi de classe, dans l'attitude, mais restent couverts. Sans être prude, je me demande l'effet de tant d'indécence sur leur libido. Quand il y a déjà tout à voir, quelle excitation trouvent-ils encore à déshabiller?

No comments: