Pages

Sunday, January 19, 2014

Capitaine Philipps, de Paul Greengrass

Un capitaine prend ses fonctions pour faire naviguer un cargo d'un port à un autre. L'équipage sait qu'une zone au large de la côte somalienne, entre ces deux points, est fréquemment le terrain privilégié de pirates. Lorsque l'attaque arrive, le capitaine Philipps prend ses responsabilités pour protéger son équipage.


Il n'y a plus beaucoup de critiques sur ce blog, elles vont revenir, pas forcément en accord avec les sorties françaises. Je rattrape quelques films de l'an dernier, il y aura aussi des vieux trucs en noir et blancs visionnés, et puis je serai en avance de quelques mois sur d'autres films. Bref, ce sera le bordel, mais les critiques reviennent. Pour Capitaine Philipps, c'est surtout pour mettre à jour la liste des films nominés aux Oscars. Il y en a quelques uns que j'ai vus, mais je n'ai encore rien écrit à leur sujet.


Malgré mon peu d'engouement pour les grosses sorties, les "films à Oscars" (et celui-ci en est un, avec Paul Greengrass, qui a réalisé notamment plusieurs films de la série Jason Bourne, et un acteur tel que Tom Hanks en acteur quasi unique du film), Capitaine Philipps m'a paru intéressant, surtout en comparaison de Hijacking que j'ai vu récemment (pas de review du film, non, désolée...).


Dans les deux films, le spectateur est avec l'équipage, et attend, incapable de savoir ce que font les autorités; les moyens de communication avec la terre ferme sont réduits; l'espace est restreint au bateau. La brutalité de l'assault, la mer agitée, permettent à la caméra de se montrer "réaliste", aussi brouillonne et inesthétisante que l'action. Enfin, si la taille du bateau diffère dans les deux films, le nombre de personnes prises en otage, et celui des assaillants, sont approximativement les mêmes. Hijacking choisissait de montrer aussi ce qui se passait du côté des secours, empressés, mais impuissants; Capitaine Philipps est plus extrême, et le spectateur est aussi pris en otage, et ne reçoit pas d'informations. Et surtout, le personnage principal n'a pas la même force: c'était le cuisinier du bateau pour Hijacking; c'est le capitaine d'un immense cargo pour Capitaine Philipps. Les Américains voient tout plus grand. 


Et la charge est d'autant plus lourde pour Tom Hanks. Son personnage assume toute la responsabilité de l'équipage, et l'acteur celui du film. Evidemment, il est aussi aidé par un bon scénario, qui évolue rapidement d'une situation à une autre. Alors que Hijacking nous lassait un peu (tiens, finalement, entre les lignes, vous l'avez, la critique de Hijacking), bloquant la situation dans une entente impossible entre les preneurs d'otages et les autorités, Capitaine Philipps retourne sans cesse la situation. Les situations urgentes et oppressantes sont suivies de moments de répit; et la pression sur le capitaine Philipps va grandissante jusqu'au bout, à une situation qui devient intolérable et oblige le dénouement à se jouer pile à ce moment. Le spectateur est donc entraîné dans un rythme qui le maintient en haleine, et ça, c'est le signe d'un bon film. A Oscars?


Capitaine Philipps
de Paul Greengrass
avec: Tom Hanks, Catherine Keener, Barkhad Abdi,...
sortie française: novembre 2013

No comments: