Pages

Tuesday, July 10, 2012

A better life, de Chris Weitz

A Los Angeles, Carlos vit dépendant de son ami possédant une voiture, qui lui permet de l'accompagner toute la journée dans ses travaux de jardinage. Carlos se résout à emprunter de l'argent à sa sœur, mariée à un riche Américain, afin d'acheter le truck. Au moindre contrôle, sans papiers d'identité, il risque l'expulsion. Mais il est prêt à tout pour offrir à son fils, Luis, un avenir autre que celui que lui offrent les gangs.


En parcourant la filmographie du réalisateur, Chris Weitz, je vous avoue que j'ai failli faire faux bond à M6 qui organisait cette projection. American Pie, Pour un garçon, Twilight 2, pas franchement mon genre de cinéma! Cependant, ce film, qui sortira en VOD sans passer par la case salle de cinéma, ni même le support DVD, m'attirait avec sa bande-annonce plutôt engageante, sensible, et son thème assez fort. Dans la confortable salle de l'auditorium M6 - juste, les gars, c'est pas l'été, arrêtez la climatisation! - j'ai découvert un film qui aurait mérité - plus, à mon goût, qu'American Pie par exemple, comme ça, au hasard - une petite sortie en salles.


Cela n'est certainement pas dû au talent inexistant du réalisateur. Jamais sa caméra ne tente quoique ce soit, jamais il ne réussit à sublimer le tragique ni à mettre de la tension dans une relation père/fils mal exploitée. Les éléments sont bien là. D'un côté, le fils, Luis, se sent attiré par la vie de gangster, d'autant plus que sa petite copine lui ouvre les portes pour accéder à ses oncles, tatoués comme il faut pour montrer leur engagement. Son père ne peut pas lui payer un collège autre que celui-ci, où même l'équipe de foot est nulle, et la police disperse sans ménagement les élèves après les cours. Pour éviter de terminer jardinier, la voie la plus tentante est celle du gang.


De l'autre côté, Carlos, père foncièrement honnête et généreux, se démène dans de luxueuses villas. Les propriétaires ne se rendent pas compte de sa force ni de son envie d'appartenir à un pays que eux considèrent acquis. Carlos donnerait tout pour les Etats-Unis, alors que ce pays le rejette sans chercher à sonder son cœur. On y verrait pourtant un dévouement immense, malgré ses racines mexicaines aussi profondes. Son rôle de père est vital, et pourtant, il se lamente de ne jamais être là pour son fils, qui, lui, en oublie même son espagnol.


La réunion subite, au moment crucial où l'adolescent pourrait définitivement rejeter son père, leur passé et son avenir, du fils et du père, est un sujet noble, mais mal mené. Jamais le rythme ne s'accélère, jamais on ne prend peur que la rupture soit définitive. Luis, finalement, s'éloigne trop mollement. Heureusement, leur relation est rattrapée par la très belle interprétation de Demian Bichir. A lui seul, il crée la surprise. Aux petits instants filmés sans  personnalité, il donne de la force. Sans élever la voix, sans verser des torrents de larme, mais avec un regard émouvant et une envie d'honnêteté à tout prix, l'acteur porte seul l'action. Il a d'ailleurs été nominé aux derniers Oscars dans la catégorie Meilleur acteur, sans démériter.


Le film, qui sortira donc seulement en VOD et EST, reste léger du fait d'une réalisation sans poigne, mais prend de la superbe grâce à son acteur principal, Demian Bichir.


A better life
de Chris Weitz
avec: Demian Bichir, José Julian, Joaquin Cosio,...
sortie direct VOD et EST le 15 août 2012

No comments: