Pages

Friday, June 21, 2013

Annecy 2013 - Choses entendues... dans les salles

Bruits de couloirs et potins? Restons professionnels, choses entendues, c'est pour tous ces projets qui foisonnent au Festival d'Annecy, les annonces, pour prévoir les choses à voir dans les semaines ou les mois qui viennent. Je suis toujours friande de Works in progress, ces séances au cours desquelles les équipes viennent montrer où ils en sont dans leur processus de production d'un long-métrage.


Cheatin', de Bill Plympton (sortie prévue en 2013)
Je suis une grande fan de Bill Plympton. Il y a d'abord son statut d'indépendant, qui tranche avec les grands studios aux Etats-Unis: il a répété lors de sa présentation de Cheatin' son amour pour le trait, tracé de la main de l'artiste, reconnaissable immédiatement et qui fait la personnalité d'un film. Son dernier long-métrage est financé via Kickstarter, méthode qui lui permet de ne pas devoir blablater devant des gros financiers qui le calculent en chiffre d'affaires, mais de s'adresser directement à des passionnés d'animation, de film, d'images. J'en ai profité pour lui faire un bise, en tant que supportrice du projet sur Kickstarter. Il faudra aussi trouver des distributeurs pas trop frileux pour montrer le film fini en salles; pour l'instant, un seul distributeur a répondu présent, et devinez quoi? Il est français, et c'est Ed Distribution.

Toujours aussi généreux, Bill Plympton adore montrer des travaux imparfaits, pas finis, pour avancer, quand la plupart des studios mettent un embargo absurde sur leurs tâtonnements, de peur qu'on leur vole leurs idées, peut-être? J'avais déjà vu le line-test des premières minutes du film l'an dernier, voilà que j'ai eu la version colorisée d'un autre bout de film. Les longs-métrages de Bill Plympton manquent parfois de rythme, alors que le bonhomme fonctionne merveilleusement sur le format court, drôle et dynamique; cela dit, je peux me laisser totalement envoûter par la grâce des images avec lui. J'ai d'ailleurs en tête toute la musique posée sur ces premières images depuis Annecy. Jetez donc un œil sur les vidéos qu'il poste sur sa page Vimeo régulièrement, et dites-moi que vous êtes aussi stupéfaits du travail phénoménal de ce type!


Loulou, l'incroyable secret, de Grégoire Solotareff & Eric Omond (sortie prévue en décembre 2013)
J'adore les livres pour enfants, et j'ai toujours gardé en tête l'histoire de Loulou, ce loup élevé chez les lapins. Il y a déjà eu un premier film tiré de l'ouvrage de Grégoire Solotareff, composé de quatre courts-métrages. Ce nouvel opus n'est pas une adaptation pure et dure du livre de jeunesse, mais une nouvelle histoire, plus sombre - au scénario comme à la couleur, moins explosive que dans le premier film -, moins enfantine. Ce WIP était d'une incroyable richesse, et les intervenants ont réussi autant à montrer leur manière de travailler, que d'expliquer leur scénario. C'était un bon équilibre entre des explications techniques et un paquet de belles images.

L'utilisation de TVPaint a séduit Laurent Kircher, le chef de l'animation, et moi qui n'y connais rien en animation - dans le sens où non, décidément, je ne sais pas dessiner autre chose qu'un bonhomme-bâton -, j'ai autant que lui été séduite par les possibilités du logiciel. En gros, ça permet de travailler sur une tablette graphique, et d'avoir le même système que sur du papier, minus les contraintes de scan. On en revient à ce que racontait Bill Plympton, et la nécessité de réussir à apposer une vraie patte personnelle sur une image, au lieu de laisser mouliner un ordinateur pour en sortir toujours la même chose.



Song of the sea, de Tomm Moore (sortie prévue en 2013)
Le deuxième film réalisé par Tomm Moore, après Brendan et le secret de Kells, qui avait fait une sortie discrète, mais très durable. Je n'ai toujours pas vu Le secret de Kells en entier, mais j'ai vite mis ça sur une to do list. Ce nouveau film semble magnifique... d'ailleurs, c'est tout ce qu'on a eu, de très belles images, un futur et superbe livre d'artworks. L'enthousiaste du jeune Français, directeur artistique du film, a séduit aussi tout le monde, mais je serais bien incapable de vous dire où en est la production du film, à part "sur de bons rails". Ce qui est déjà bien. J'ai juste un peu peur de découvrir la cible, plus jeune que Le secret de Kells. Il me semble qu'on irait dans le bon sens en proposant des films plus adultes.


Mune, d'Alexandre Heboyan & Benoît Philippon (sortie prévue en 2014)
Ok, je n'étais pas encore arrivée pour voir les copains faire leur show, mais je les ai confiés à l'équipe de Focus on animation, qui les a interviewés. Du coup, j'ai aussi eu le point sur l'état du film. C'est encore un projet qui promet: Alexandre s'est actuellement exporté au Canada, où il est avec les équipes d'animation. Certes, on est, au contraire de tous les films dont je viens de vous parler, dans l'idée d'un projet 3D. Là où je fais confiance à ces deux garçons, c'est que je sais bien que leurs talents cumulés devraient tout de même avoir une touche unique.

Benoît Philippon vient de l'école du cinéma, celui auquel on met un grand C et un tapis rouge. Il a donc d'abord en tête l'idée de raconter, avec la note de poésie qui a caractérisé son premier film, Lullaby. Il est le grain de folie de l'équipe, prêt à croire que, du moment qu'on embarque les spectateurs, on peut se permettre de tordre la Lune et la prendre dans les mains, ce qu'un animateur terre-à-terre lui expliquerait que "bah non, on ne peut pas, on tordrait la perspective..." N'importe quoi, ces gens du dessin animé! Alexandre Heboyan, sorti du classique cursus Gobelins/Dreamworks, réalise, lui, pour la première fois. J'ai besoin de vous expliquer qu'il a du talent? On peut s'attendre qu'il soutienne ses équipes en sachant exactement ce qu'il peut attendre d'elles, et leur demander.

No comments: