Pages

Monday, June 17, 2013

Oh boy, de Jan Ole Gerster

24h dans la vie de Niko, à Berlin. Sa journée débute alors qu'il laisse derrière lui sa petite amie, sans lui promettre un nouveau rendez-vous; il erre, pense... mais sa langueur pour une fois est perturbée: impossible de prendre un café. Ce n'est pas le seul détail qui lui indique que le temps de la nonchalance est terminé.

Oh boy est filmé en noir et blanc, et semble ainsi placer Niko dans un monde, contemporain, mais déconnecté de la réalité. Les péripéties du jeune homme semblent parfaitement anodines: c'est un au revoir jeté au matin, la déception d'une petite amie, les remontrances d'un père ou les turbulences d'un meilleur ami. Niko n'a rien de différent de quiconque, si ce n'est ce détachement vis-à-vis de ses propres ambitions. Le réalisateur réussit à ne pas confondre cette nonchalance avec de l'ennui, et, avec de petites touches d'humour, reste dans le rythme d'une jeune vie qui peine à prendre son envol et à passer à l'âge adulte.


Aaah, les films de transition, les fameuses histoires d'apprentissage! On laisse bien souvent dans ces scénarios une impression désagréable et didactique. Un type croit savoir ce qu'il nous faut abandonner derrière nous, pour nous épanouir dans le sérieux de la vie adulte. N'importe quel gamin sait bien combien c'est chiant, une vie d'adulte. Oh boy ne fait pas la leçon. D'ailleurs, la figure de l'adulte "responsable", le père de Niko, est cocasse, si ce n'est ridicule. Niko apprend à grandir en regardant un enfant lui vendre une ligne de coke, ou une petite mémé écouter du classique. Il voit aussi, mais avec plus de tendresse que de sévérité, les gosses grandis avec lui et perdus dans leur apparence de grandes personnes. Des éléments oniriques - le café impossible à boire, le vieil alcoolique qui sera la dernière rencontre de la longue journée de Niko - mettent de la poésie dans la dure réalité qu'il faut accepter, ce fameux pas vers une nouvelle ère.


Voilà donc un joli film, un peu ironique, un peu tendre, sur une idée maintes fois rabâchée. Oh boy s'ancre aussi fermement dans son décor, une ville de Berlin dont il faudra se souvenir ainsi, comme une témoin de son temps.


Oh boy
de Jan Ole Gerster
avec: Tom Schilling, Friederike Kempter, Marc Hosemann,...
sortie française: 5 juin 2013

No comments: