Pages

Monday, September 9, 2013

La Danza de la Realidad, d'Alejandro Jodorowsky

Tocopilla, Chili. Jodorowsky, aujourd'hui cinéaste, scénariste de bande-dessinée, romancier, poète, revient sur son enfance dans cette petite ville. Autour de lui, la crise de 1929, un père communiste qui veut tuer le président et une mère qui ne s'exprime qu'en chantant sur des airs d'opéra.



Jodorowsky met en scène sa réalité, oui, mais fantasmée. Son père n'a pas vraiment tenté d'assassiner Carlos Ibáñez del Campo, mais en rêvait; tout comme la mère d'Alejandro Jodorowsky souhaitait au plus profond d'elle-même devenir chanteuse. Entre eux, l'enfant grandit, protégé de ses doutes par son futur lui qui sait ce qu'il accomplira. La vie du réalisateur se compose (dans la réalité), de voyages: Alejandro Jodorowsky a suivi le mime Marceau à Paris, fréquenté les surréalistes; il réalise ses deux premiers films au Mexique avant de revenir à Paris tirer les cartes du tarot, travailler avec Moebius, rêver d'une adaptation de Dune.


Son univers de folie imprégnée de surréalisme est coloré; le film se peuple de métaphores illustrant le contexte social de son pays de naissance, le Chili. Ces réminiscences sont aussi dans La Danza de la Realidad. On peut voir le film avec cette lecture sous-jacente. Je préfère rester dans l'ombre du mysticisme et ne rien expliquer: les saynètes théâtrales aux héros farfelus, grimés comme au cirque, déclament une philosophie poétique. Leurs postures et leurs grimaces, leurs chansons, raviront les enfants.


Se laisser porter par la joie, plus parlante encore que la dure clairvoyance, quitte à perdre une partie du message, voilà une manière de savourer l'oeuvre d'Alejandro Jodorowsky.


La Danza de la Realidad
d'Alejandro Jodorowsky
avec: Jeremias Herskovits, Brontis Jodorowsky, Pamela Flores,...
sortie française: 4 septembre 2013

ps: le lecteur pourra croire, avec cette critique joyeuse mais obscure, que je me suis laissée porter par l'écriture automatique... ma foi, c'est dans le ton, je ne vais pas non plus tenter d'être plus précise.

No comments: