Pages

Tuesday, September 17, 2013

La Légende de Kaspar Hauser, de Davide Manuli

Une île désertique, où la population ne compte qu'un dealer, un shérif, deux femmes, un prêtre et un crieur public ainsi qu'un muletier... Année zéro, Kaspar Hauser échoue sur la plage et le shérif, sûr de voir en lui un messie, le prend sous son aile. Le garçon ne parle pas, les écouteurs vissés aux oreilles. Est-il fou, débile, ou saint?

Une production italienne, avec Vincent Gallo dans deux rôles, celui du shérif, et celui du dealer, en noir et blanc et une bande-annonce qui montre des soucoupes volantes:


C'est, comme on s'y attend, un film fait sous l'emprise de certaines substances peu licites, qui repose sur de jolis cadres fixes, et surtout sur la performance des acteurs en plein improvisation. Kaspar Hauser se trémousse légèrement, le shérif ponctue ses phrases de "yeah-s" de cowboy, le dealer prend l'air inspiré et parle italien, la mule tourne en rond. Passée la surprise des premières séquences, qui ouvrent la curiosité, on comprend qu'il n'y a pas grand chose, justement, à comprendre.


D'ailleurs, le scénario étant aussi expérimental que l'image, entre chaque vignette s'intercalent des titres. Ce n'est que par eux que les actions des uns et des autres prennent un sens; comment deviner sinon que le dialogue entre le shérif et Kaspar Hauser, le premier disant au second d'associer un pantalon de jogging rouge à une veste bleue, dans un monde en noir et blanc, est une leçon de vie? L'inutilité de cette version hypothétique de la vie de Kaspar Hauser, inconnu débarqué à Nuremberg en 1828, touche au comique.


D'autres ont moins rigolé, et ce sont trois personnes - à peu près la moitié des spectateurs, donc - qui sont sorties avant la fin, vraisemblablement indignées. Si on le prend plus légèrement, La Légende de Kaspar Hauser est, au mieux, une grosse blague.


La Légende de Kaspar Hauser
de Davide Manuli
avec: Vincent Gallo, Silvia Calderoni, Fabrizio Gifuni,...
sortie française: 11 septembre 2013

No comments: