Pages

Wednesday, July 15, 2015

Hill of freedom, d'Hong Sang-soo

Une jeune fille rentre à Séoul après un voyage et, ses bagages toujours à la main, découvre de nombreuses lettres de Mori ; les lisant immédiatement, elle découvre que le jeune Japonais s'est installé tout près de chez elle dans l'espoir de la retrouver, espoir déçu puisqu'elle n'était pas là.



Hong Sang-Soo, encore une fois fidèle à ses histoires toutes simples, à ses thèmes de prédilection que sont les amours contrariés, les relations sans paroles, et ses effets de mise en scène autour de personnages à moitié saouls, surprend cependant toujours autant. Quelques ficelles tirent ses films, qui se ressemblent toujours, en dehors des routes toutes droites. Cette fois-ci, c'est l'idée d'un choc des cultures, avec Mori, japonais, qui découvre la Corée. Sans vouloir faire de généralités, la langue anglaise ne lui permet toutefois que de rester en surface des personnages variés qu'il rencontre. De la vieille dame autoritaire à son neveu vivant à ses frais ; de la jeune actrice qui travaille dans un café à son producteur abusif (deux figures récurrentes chez Hong Sang-Soo ; on ne connait pas le métier de Mori mais sa moustache le fait ressembler à un artiste, selon tous... encore une incarnation du réalisateur ?) ; un Américain hipster montre aussi l'ouverture de plus en plus présente d'Hong Sang-Soo sur le monde.


Hong Sang-Soo a déjà aussi utilisé le papier et le crayon pour raconter ses histoires. Cette fois, les feuillets envolés de l'enveloppe puis leur ré-empilage au hasard permet une déconstruction de la chronologie, et l'enchaînement des saynètes est plus complexe et travaillé qu'il n'en a l'air.


Humour enfantin, décadrages abominables, amplification des bruits ambiants : le film ne s'attarde pas sur une esthétique de film de vacances et, à vrai dire, me répugne à chaque fois. La fraîcheur, la spontanéité et l'originalité assumée d'Hong Sang-Soo m'attirent tout autant.


Hill of freedom
d'Hong Sang-soo
avec : Ryo Kase, Sori Moon, Young-hwa Seo,...
sortie le : 8 juillet 2015

No comments: