Pages

Monday, October 26, 2015

Notre petite soeur, de Hirokazu Kore-Eda

Trois sœurs, qui ont grandi ensemble, sont peu touchées à la mort de leur père. Parti avec une autre femme que leur mère, quinze auparavant, il décède dans les bras d'une troisième épouse. Sachi, Yoshino et Chika se découvrent une petite sœur aux funérailles. Ne pouvant se résoudre à laisser Suzu à sa belle-mère, les trois sœurs la prennent sous leur aile.


On retrouve dans Notre petite sœur des thèmes chers au réalisateur, la famille et les liens du sang, les traditions et les liens avec le passé. C'est la première fois que Hirokazu Kore-Eda ne s'appuie pas sur un scénario original, mais sur un manga déjà publié. Sa base est donc déjà solide, et cette jolie histoire jongle entre les clichés pour construire son univers : les trois sœurs les plus âgées qui accueillent Suzu ont chacune une personnalité carrée, l'une fait office de mère, l'autre papillonne de garçon en garçon, la plus jeune est immature... Suzu viendra compléter le tableau avec son côté garçon manqué. Les quatre sœurs réunies dessinent le portrait des deux parents absents.


A travers l'acclimatation de Suzu au sein de sa nouvelle famille et dans sa nouvelle maison, le quotidien de plusieurs générations de femmes : le fil rouge est celui du père, et de son impact sur la vie de ses filles, mais pas de rebondissement ou de dramaturgie autre que celle des journées ordinaires. Le charme des traditions, inhabituelles à nous, spectateurs occidentaux, suffisent à rendre cette histoire extraordinaire.
 
 
Adapté d'un manga d'Akami Yoshida, dont la publication est toujours en cours, le film souffre un peu de sa fidélité à l’œuvre originale. Je n'ai pas lu le manga, mais si vous êtes adeptes du genre, vous reconnaîtrez dans le film de HiroKazu Kore-Eda les défauts de ce genre de publication : l'histoire pourrait effectivement se continuer durant des années et des années de la vie des trois sœurs, et donc sur des heures et des heures de film. Notre petite sœur aurait plusieurs fois l'occasion de se clore, occasion chaque fois manquée et relancée par une nouvelle petite péripétie du quotidien.


Certains cadres sont aussi issus directement des dessins d'Akami Yoshida, je ne vois pas comment imaginer autrement un passage sous les cerisiers en fleurs, ou certaines retrouvailles jambes croisées autour d'une table basse, ou la manière qu'a Yoshino de supplier pour une bière. L'incursion évidente du manga dans le film est surprenante et rend aussi le visionnage drôle tout autant que touchant. Les sentiments décrits pouvant être intérieurs et subtils sont extériorisés par ce biais.


Le film a donc beau aborder tous les sujets ressassés par Hirokazu Kore-Eda, il semble manquer de la personnalité du réalisateur au profit du mangaka qui en est à l'origine. Et le manga, publié comme un feuilleton, rend compte de détails qui n'ont sans doute pas assez de puissance pour être condensés en un film.


Notre petite soeur
de Hirokazu Kore-Eda
avec : Haruka Ayase, Masami Nagasawa, Suzu Hirose,...
sortie le : 28 octobre 2015

No comments: