Pages

Monday, December 24, 2012

Tomi Ungerer - L'esprit frappeur, de Brad Bernstein

Tomi Ungerer. Aujourd'hui, c'est Jean de la lune adapté au cinéma. Dans nos esprits d'enfants, c'est souvent Les trois brigands. Il est né en 1931, en Alsace, a perdu son père à l'âge de 4 ans et s'est senti balloté de l'Allemagne à la France durant la Seconde Guerre Mondiale. Il est parti à New York, a frappé aux portes des magazines, a illustré The Village Voice, The New York Times, Life, influencé positivement par Saul Steinberg mais indépendant, toujours. Il a écrit des livres pour enfants, tous des succès. Ses ouvrages érotiques lui ont fait mauvaise presse et il est parti, a arrêté de dessiner des illustrations pour enfants. Au Canada, il a élevé des chèvres. Il a pour terminer trouvé une relative paix et son pays de coeur en Irlande.


Cette paix actuelle est toute relative. Tomi Ungerer est pétri d'angoisses, et il fourmille d'idées. Toute sa vie, il a expulsé ses idées hors de sa tête par le dessin. Ca peut sembler très chouette, de loin, cette vie d'artiste, mais je ne suis pas certaine que Tomi Ungerer se soit beaucoup reposé, ou soit parfois à 100% en paix. Ses expériences et ses voyages l'ont rendu heureux, ou triste, il a connu le succès et a été banni des bibliothèques... Il a eu la chance de pouvoir vivre son art entièrement. Et le film retranscrit merveilleusement une vie de créations, en s'appuyant sur les dessins de Tomi Ungerer.


Ils se mettent à vivre, à s'animer, pour s'amuser du parallèle évident entre les périodes dessinées et les périodes vécues par l'artiste. Cette mise en scène très ludique montre un maximum des oeuvres de Tomi Ungerer, mettant moins l'accent sur des images plus anonymes, de son quartier ou de sa boulangère! On reste concentré sur le dessin, le dessin, le dessin. Et seuls les mots de Tomi Ungerer lui-même font sauter d'une époque à l'autre. Interrogé à Strasbourg et en Irlande, chez lui, dans son atelier, ou dans l'espace vivifiant de l'Irlande, il se confie complètement, sans être parasité par d'autres prises de paroles, ou si peu - et les interventions de Maurice Sendak sont loin d'être inintéressantes!


De beaux moments en découlent, où Tomi Ungerer se livre jusqu'au bout. Ses sautes d'humeur, ses larmes font de lui un encore plus grand homme. Je suis définitivement tombée amoureuse de lui avec ce documentaire... Prochaine étape, peut-être le musée qui lui est consacré à Strasbourg!


Tomi Ungerer - L'esprit frappeur
de Brad Bernstein
sortie française: 19 décembre 2012


No comments: