Pages

Tuesday, June 23, 2015

La résistance de l'air, de Fred Grivois

Delphine et Vincent ont des problèmes de couple, qu'ils ont tenté de résoudre avec un projet commun ; mais ce projet, une maison, coûte cher, et les problèmes d'argent viennent s'ajouter. C'est alors que Vincent rencontre Renaud ; Renaud a une solution pour lui, qui utilise ses compétences exceptionnelles de tir à distance.


La bande-annonce ne me tentait pas plus que ça, j'étais contente de retrouver une énième fois cette année Reta Kateb au générique et pour la première fois depuis semble-t-il des années, Ludivine Sagnier. Finalement, c'est plutôt Johan Heldenbergh que j'ai remarqué, dans le rôle de Renaud. Son personnage, secondaire mais qui va changer la vie de Delphine et Vincent, n'est défini que par cette caractéristique. Et cela suffit amplement, la part de mystère servant à merveille le personnage.


En revanche, Delphine est oubliée, envoyée chez sa mère ; la petite fille du couple n'a aussi que peu d'impact sur les décisions de Vincent ; Vincent lui-même, au centre du film, reste mutique. Plutôt que de se servir des relations entre les uns et les autres, Fred Grivois suit un schéma classique, comme si avoir vu des milliers de (télé)films dans lesquels les personnages prennent toujours les mêmes (mauvaises) décisions suffisait à justifier les choix de Vincent. Sans surprise donc, Vincent suit son chemin pour s'enfoncer de plus en plus dans la mouise.


L'image reste elle aussi basique, les plans sur les armes, le soin que Vincent y porte, ses gestes assurés pour visser, dévisser, se concentrer, tirer, ont été maintes et maintes fois revus. La banalité de la caméra rend l'action plus prévisible encore. Reste le choix de la fin du film, qui surprend un peu, car après tant de rebondissements convenus, je prévoyais un final plus facile. Cela n'illumine en rien les longues minutes précédant le dénouement.



La résistance de l'air
de Fred Grivois
avec : Reda Kateb, Ludivine Sagnier, Johan Heldenbergh,...
sortie le : 17 juin 2015

No comments: