Pages

Thursday, June 25, 2015

Ma vie de yogi #4 - La pratique #2

Deuxième partie de mon article sur les cours de yoga testés à Paris ces dernières semaines. Quelques précisions : je suis allée quasi systématiquement aux cours du soir, aux alentours de 20h. La fréquentation est sans doute la plus forte à ce moment-là, les cours sont moins prisés le matin ou dans la journée et mes considération à propos de la foule ne sont pas forcément valables. Les descriptions des cours sont extrêmement personnelles ; chacun a des besoins et une approche du sport différents. Si je n'apprécie pas un enseignement, c'est parce que je n'y ai pas trouvé mon compte, mais quelqu'un d'autre pourra le trouver à son goût.



Bikram - Alexia - Bikram Yoga Paris (studio des Grands Boulevards)
Ce n'est pas une première pour moi, le bikram, mais je n'avais jamais testé ce studio. L'entrée n'est pas chaotique car il y a du temps entre chaque cours, aussi pour laisser les participants entrer un bon quart d'heure en avance, s'habituer à la chaleur. Les vestiaires ne sont pas mixtes, mais tout le monde se balade joyeusement en petite tenue après s'être changé. Les douches sont indispensables, malheureusement peu nombreuses. Casiers disponibles, prévoir 1 pour les fermer. Pas de cours d'essai et les 90' sont à 25, avec tapis en location à 2. Odeur de pieds : niveau 5/5. Cela dit, l'odeur m'a parue nettement moins prenante qu'il y a quelques années (au studio du Marais). Je ne comprends pas du tout la présence de moquette dans la salle de cours (floc floc).

Le bikram se répète toujours de la même manière, peu importe l'enseignant, de New York à Paris (où je balance discrètement que j'ai fait du yoga à New York. J'en ai fait à Montréal aussi). 26 postures, chacune est tenue deux fois de suite, d'abord une minute, puis 30 secondes, dans une salle chauffée à 40°C. L'enseignant parle, parle sans discontinuer. On commence par un exercice de respiration, puis des postures d'équilibre, des postures debout, et des postures au sol pour finir. L'ambiance est déjà surchauffée et cette pratique n'est pas tendre, voire tyrannique. Pour rester dans le rythme, on vous enjoint très fermement de ne pas abandonner. On peut s'asseoir un instant, mais on va vous dire, à la posture suivante, de vous relever, d'y aller, de tenir, de pousser, tirer, tendre. Et de ne jamais sortir de la salle avant la fin. Et en fait, ce n'est pas mal, parce qu'on fait vite un malaise quand on reste assis dans la chaleur, et on se sent beaucoup mieux quand on est dans l'effort et une posture. Le bikram dépend pas mal de votre humeur du jour ; si vous avez bu un verre de trop la veille, si vous avez mangé juste avant le cours, si vous vous sentez fatigué, vous aurez beau être souple, endurant, habitué, vous allez souffrir. Le corps doit donc être habitué à l'effort, mais les asanas sont basiques, accessibles pour les débutants en yoga.

Je ne signerais pas pour y retourner toutes les semaines mais la chaleur permet plus de souplesse et dans mon cas, plus de concentration. Comme je suis totalement à ma respiration, à garder mon sang-froid (haha), ma tête est vidée de toute autre pensée. Le bikram est tout de même une pratique à part dans l'univers du yoga.


Hatha I & II - Minako Komatsu - Studio Keller
Le Studio Keller a deux salles, au Studio ou à la Maison, les deux étant à 50 mètres l'un de l'autre, mais attention de ne pas vous tromper. J'ai été à la Maison : une jolie petite cour, et une petite maison, en effet. D'un côté, séparé seulement de l'accueil par un rideau, le studio sous une verrière. De l'autre, une cuisine pour se faire du thé. Un petit espace, délimité par un rideau, sert de vestiaire. C'est mixte, pas de casier. Le parquet grince, les cours s'enchainent sans discontinuer, on ne peut donc que déranger le cours précédent en arrivant. Le cours d'essai de 90' est à 13€, les tapis à disposition.

Les tapis, parlons-en, le cours précédent les laisse à terre, sur un sol de tatamis ramollos. On ne prend pas la peine de les pschitter de produit désinfectant. Le cours de Minako, niveau I & II : j'étais sans doute la plus souple et la plus avancée du cours ! Petit niveau entre les 6 personnes présentes. On commence avec des "om" ET des chants. Je sens déjà que c'est de trop pour moi, mais je me concentre. Quelques salutations au soleil en mode basique, pas trop rapides, pas assez pour faire monter le cardio. On tient ensuite quelques postures, pas plus de quatre ou cinq peut-être sur les 90' de cours. Minako passe entre nous pour nous corriger mais elle est peu intrusive, et ne s'arrête pas auprès de moi quand on tente un headstand alors que j'aurais bien aimé essayer aussi. Entre chaque posture, retour en shavasana, une posture de relaxation. Et on termine avec trois bons exercices de respiration, des "om" et des chants. Un loooong moment de détente.

Je suis loin d'être emballée par ce cours, la musique de la rivière, pas spécialement énergisant ; pas emballée non plus par le studio, ambiance hippie pas chic.




Hatha - Alain - Atelier Essenza
Au fond d'une impasse, une autre impasse, envahie de verdure, et de jolis immeubles, à l'ancienne. Le bâtiment est sûrement lumineux, vitré, mais on ne voit pas grand chose depuis l'extérieur, ce qui garantit l'intimité à l'intérieur. La porte est fermée et ne s'ouvre que 15 min avant le cours. Le studio est tout petit, la salle de cours, une mezzanine à l'étage, minuscule. J'adore les cours en petit groupe, pas plus de 4 personnes.. mais là pour le coup c'était un peu trop minuscule. L'accueil est adorable, certains reviennent, font la bise. On s'arrange comme on peut avec le tout petit vestiaire, mais on n'est pas nombreux donc pas de bousculade et tout est charmant. Le cours de 60' est à 25€, tapis à disposition.
 
Sur le planning, c'est indiqué vinyasa avec Corina mais au final, ce fut hatha avec Alain et c'était très bien. Alain remplaçait la prof habituelle, et dommage si on l'a apprécié, il donne des cours en banlieue... mais il a suivi la même formation que Corina. Alain a mis l'accent sur la respiration, les postures étant tenues soit le temps des poumons vides, soit le temps des poumons pleins... soit sur plusieurs respirations. Cette approche était une première pour moi, et vraiment instructive. Si je ne reviendrais pas quotidiennement à sa pratique, trop lente à mon goût, son cours était un réel échange ; on a d'ailleurs discuté avant et après (et j'ai fait la connaissance d'une jeune yogi comme moi, Tiphaine). Tout en vantant les mérites du papillonnage de cours de yoga en cours de yoga, Alain suit lui-même la même prof depuis 25 ans et apprend toujours de nouvelles choses avec elle. Doux et calme, il m'a donné l'impression d'être un peu timide, tout en étant très ouvert ; cela m'a confortée dans l'idée qu'après mon papillonnage, il faudra me fixer et conserver au moins un temps une seule pratique, quitte à l'agrémenter de temps en temps d'un autre cours. Connaître l'enseignant et se faire connaître de lui est indispensable pour progresser.

Je reviendrai sans doute à ce studio, pour un cours avec Corina, ou pour tester une discipline différente, au nom parfaitement obscur : Gyrokinesis®


International Yoga Day
Dimanche 21 juin sonnaient le début de l'été, la fête des pères (désolée papa), la fête de la musique, et la journée internationale du yoga. A cette occasion, je me suis levée à 5h du matin après une bonne insomnie. J'ai croisé mes voisins dans la cage d'escalier : ils rentraient de soirée. J'ai traversé Paris en vélo, vu un type vomir depuis sa fenêtre au premier étage, des filles qui pleuraient bourrées, des gosses qui se pelotaient sous un porche, des sandwicheries minables faire leur chiffre d'affaire de la nuit, des sorties de boîte de nuit chics rue de Rivoli, une souris filer sous mes roues. J'étais super zen. Le temps que j'arrive à la Tour Eiffel, le jour s'était levé, sous les nuages.

Les cours de yoga suivis ce jour-là, d'abord sous la Tour Eiffel, ensuite à la Grande Halle de la Villette, étaient plus des démonstrations que des enseignements. Le Lolë White Tour était clairement une manifestation à but lucratif, gratuite, certes, mais quand même ; et à la Villette, c'était un joyeux bordel de micros qui prenaient les courants d'air et de hippies aux pieds sales. Malgré le froid et la fatigue et ma tenue dominicale pire que d'habitude (moitié en blanc, moitié en jean, large, le jean, pour être en mini-short dessous, moitié de ville, moitié sport... l'élégance), j'ai apprécié les deux évènements pour ce qu'ils étaient. J'ai rencontré des gens, j'ai écouté un cours de yoga comme qu'ils peuvent être donnés en Inde, j'ai pris (beaucoup) d'air (p***** le froid), je me suis dit que j'avais passé un cap yoguique en dédiant ma journée à ça.

2 comments:

Tiphaine said...

Très cools ces feedbacks de tes vadrouilles! J'ai trop la flemme de le faire à chaque fois haha.
Oups pour le Studio Keller, il est sur ma to-do list...
Je teste Yoga Thérapie demain 19h au Centre International de Yoga Intégral...si ça te dit! :-)

A bientôt!
Tiphaine

Fanny B. said...

Le studio est pê plus sympa que la maison Keller, va savoir ! ;-)