Pages

Monday, June 1, 2015

Loin de la foule déchaînée, de Tomas Vinterberg

Batsheba Everdene a grandi seule, et considère sa solitude comme de l'indépendance. Éduquée, mais pauvre, elle rencontre le fermier Gabriel Oak alors qu'elle travaille sur les terres de sa tante. Éprise de sa liberté, elle refuse le mariage qu'il lui propose. Peu après, alors que Gabriel Oak perd ses moutons et sa relative fortune, Batsheba hérite et se retrouve elle-même fermière. Elle courtise et est courtisée par un riche propriétaire plus âgé, un jeune soldat, et toujours Gabriel Oak occupe une place dans son esprit et son cœur.


Thomas Vinterberg surprend, presque vingt ans après Festen et le Dogme 95, après Submarino ou La chasse, avec cette adaptation d'un roman classique de Thomas Hardy, écrit au XIXème siècle. Je n'ai pas lu cette œuvre, qui, en son temps, est certainement apparue comme engagée ; son héroïne revendique son indépendance, et Thomas Vinterberg ouvre son film avec cette revendication. La posture très moderne de Batsheba contraste avec l'accent romantique des paysages et des couleurs, des couchers de soleil et arcs en ciel, et aussi avec le fil rouge du film, les amours de Batsheba Everdene.


Et ces amours-là ne sont pas si modernes, mais on se laisse emporter, avec quelques rires devant les mines de Carey Mulligan, définitivement charmeuse. Sans la moindre arrière-pensée, elle flirte, ou se fait complètement avoir par un joli garçon fougueux ; jamais pimbêche ni faible femme, elle séduit les uns et les autres, et le spectateur, qui remet rapidement ses choix dans le contexte de l'époque : ainsi on comprend son mariage précipité (les hormones), et son choix dans la défaite (pour ses terres). Les personnages masculins, eux, sont un peu en reste. Apparemment, le roman donnait la même importance aux trois hommes ; le film, du début à la fin, prend partie pour un seul. On a donc du mal à comprendre les motivations des deux autres.


Le film prend cependant un mauvais tour et laisse une impression frustrante, alors que Batsheba, après toutes ces années de féminisme, agit comme une pimbêche et se laisse prendre par la main et se place, volontairement, derrière l'homme qu'elle aime. Le réalisateur la montre baissant les bras et quêtant le mariage, fondre comme une petite fille... être une fille, quoi. Je veux bien que le réalisateur respecte le roman, mais quitte à mettre l'accent sur l'indépendance de son héroïne, j'aurais bien changé un petit quelque chose à la fin pour remettre Batsheba dans un contexte plus contemporain... Le film laisse un goût amer après une fièvre romantique assumée et a porté un coup à mon esprit féministe.


Loin de la foule déchaînée
de Tomas Vinterberg
avec : Carey Mulligan, Juno Temple, Michael Shee,...
sortie le : 3 juin 2015

No comments: