Pages

Monday, March 1, 2010

Une éducation, de Lone Scherfig

1961, en Angleterre. Jenny a seize ans,  et met tout son talent au service de ses études. Ses parents, aimants quoique sévères, espèrent le meilleur pour elle, et la poussent à travailler toujours plus pour réussir à entrer l'année suivante à l'université d'Oxford. Jenny rencontre un homme de deux fois son âge, sort et s'amuse, et touche réellement du doigt la littérature, la peinture, la musique, et les arts qu'elle adore. Elle découvre Paris, elle qui rêve d'être française. A quoi bon les études et le travail, lorsqu'elle accède auprès de David à un avenir facile et plein de promesses?


Une éducation se rapproche par son propos de My fair lady. Jenny possède l'intelligence et le charme, mais n'a pas accès à un train de vie qui lui permettrait d'épanouir pleinement ses connaissances. Elle trouve en David, homme un peu bêta mais véritablement aimant, le pygmalion qui lui permet de se développer socialement. Jenny apprend alors, avec toute la fraîcheur de ses seize ans, et sans jamais perdre sa candeur, à se comporter dans un monde d'adulte qui la fait rêver, au-delà du monde conservateur dans lequel elle vit. Jamais, même lorsqu'elle perd sa virginité, Jenny ne semble se faire flouer. Son personnage possède cette force de caractère suffisamment mise en place par le scénario, pour toujours faire ses propres choix. Le spectateur ne peut la blâmer de se faire si joliment duper, par un homme, de plus, toujours charmant.


La grande force de la réalisatrice est de ne jamais mésestimer ses personnages, formidablement interprétés: Jenny ne pêche pas par trop d'innocence, non plus que par ambition, et jamais David ne semble malsain. Les personnages secondaires sont, eux aussi, définis avec brio; le couple d'amis que fréquentent Jenny et David sont assortis, et regardent d'un air peiné cette jeune fille prête à gâcher sa vie, sans jamais intervenir; et on comprend vite que la dureté des parents rétros de Jenny, dissimule un grand amour pour leur fille, et l'espoir d'un bel avenir pour elle.


Tout comme les personnages, le scénario est lui aussi extrêmement juste. Dans un monde qui se libère, une toute jeune fille, à la tête bien faite, rêve d'indépendance et y accède, tout en faisant connaissance avec l'amour. Le contexte historique la place à l'époque idéale, celle d'une émancipation féminine qui s'annonce. Adapté d'une autobiographie de la journaliste anglaise Lynn Barber, le film sonne juste et parfait reflet d'un monde en plein changement.


Une éducation est un film qui dépasse largement le statut de comédie dramatique initiatique et offre avec justesse une nomination aux Oscars à la jeune Carey Mulligan.


Une éducation
de Lone Scherfig
avec Peter Sarsgaard, Carey Mulligan, Alfred Molina,...
sortie française: 24 février 2010

No comments: