Pages

Friday, January 23, 2015

The Boxtrolls, de Graham Annable & Anthony Stacchi

Les Boxtrolls sont des monstres qui sortent la nuit et dérobent dans les poubelles. Les habitants de Cheesebridge croient aussi qu'ils prennent les enfants et le fromage, si cher aux quelques bourgeois de la ville, chapeautés de blanc. Tout le monde a peur des Boxtrolls, si bien qu'Archibald Snatcher, pour obtenir le fameux chapeau blanc et accéder aux prestigieuses dégustations de fromages, promet de les éliminer tous. La dé-boxtrollisation commence. Dans le monde des Boxtrolls, ce n'est pas exactement la même légende : les petits monstres sont absolument inoffensifs et s'occupent avec amour d'un jeune humain tombé entre leurs mains depuis la naissance. Alors qu'il grandit, Oeuf est le seul à refuser l'extermination des siens et s'introduit dans le monde des humains... sans savoir qu'il en est un.


The Boxtrolls est une mise en abyme de contes, et une habile manière de dénoncer la peur de l'inconnu, dans un contexte dont l'absurdité rappelle l'humour des Monty Python. Le classique schéma de l'enfant élevé par les loups / les singes / les Boxtrolls, est bouleversé par l'introduction  de personnages hauts en couleurs : une petite fille insupportablement gâtée mais avec un bon cœur, un père présent mais absent, qui porte plus d'attention à ses meules de fromage qu'à son enfant unique, un horrible personnage dont la concupiscence est ridiculisée par son allergie à l'objet de son envie. Et les Boxtrolls, évidemment, qui, malgré leur saleté, leur appétit pour les cafards, leur grande pleutrerie, sont rendus attachants par leur innocence et leur capacité d'amour.


L'incroyable réussite de ce film est d'abord son originalité graphique qui saute évidemment aux yeux. C'est sale, sombre, tordu et les personnages (pas seulement les Boxtrolls) sont parfois monstrueux. Pas moche pour autant, mais joliment surprenant dans un monde d'animation 3D lisse et gentillette, qui tend vers le réalisme. Cette touche unique se répète dans l'absurdité de l'histoire, celle d'hommes qui s'entre-déchirent pour un morceau de fromage puant et pour avoir le droit de porter un chapeau... Il n'en faut pas beaucoup à l'humanité pour se détester.


De notre point de vue de spectateur, on serait donc plutôt du côté des Boxtrolls, créatures inoffensives et qui ne vivent que pour leurs humbles divertissements récupérés dans des poubelles (on n'est pas obligé de s'identifier jusqu'aux poubelles). L'histoire d'Oeuf, trouvant son équilibre entre ces deux mondes, est légèrement polluée par l'apparition d'un père inutile dont on se serait bien passé... mais le conte tient debout comme les maisons de Cheesebridge, c'est leur côté branlant qui les rendent belles.



The Boxtrolls
de Graham Annable & Anthony Stacchi
avec : Isaac Hempstead-Wright, Elle Fanning, Ben Kingsley,...
sortie le : 15 octobre 2014

No comments: