Pages

Sunday, January 6, 2013

Bilan 2012 cinématographique

Mince alors, voilà le 5ème bilan annuel. Je me repasse les pages du blog, depuis janvier, et je me rends compte des films qui m'ont marquée, ou pas. Je ne crois pas avoir vécu de grosse déception cette année. La liste ci-dessous ne s'arrête pas à 10 films, j'ai recensé tous ceux que je reverrais volontiers avec plaisir. Elle est très variée, vous allez voir, et m'a moi-même parfois surprise. Parfois, on s'emballe sur un film, quelques jours après sa sortie mais, des semaines après, il n'en reste plus grand chose. D'autres travaillent plutôt l'esprit sur la durée, alors qu'on ne pensait pas, sur le coup, qu'on y penserait autant. Pas de classement, comme d'habitude, on va de janvier à décembre, en toute simplicité. Bonne année à tous, plein de bonnes choses pour 2013, et du cinéma, toujours. Découvrez tout le palmarès dans la suite de l'article!

 Take shelter, de Jeff Nichols
La lumière y est incroyable, la prestation de Michael Shannon aussi. Et j'adore le thème de la folie et l'épure que Jeff Nichols réussit à construire tout autour.

 2 days in New York, de Julie Delpy
Un coup de cœur de l'année ultra personnel et surtout pour saluer l'indépendance artistique de Julie Delpy, complètement à part, fidèle à son excentricité, tellement parisienne et évidente.


 Tyrannosaur, de Paddy Considine
Un film anglais dans mon top de l'année, soulagement, j'ai toujours peur d'en manquer, ce qui ne serait pas représentatif pourtant du cinéma que j'aime. Il est parfois brutal, mais simple et droit. Les personnages développent dans ce film une vie en dehors des images qu'on nous montre, et c'est superbe.

 The raid, de Gareth Evans
Un bon film de baston qui a bon fond, à l'image d'un réalisateur généreux et passionné. Les films d'action devraient en prendre de la graine: le vrai combat qui fait mal ne repose pas sur des cuts incompréhensibles, mais bien sur la chorégraphie des corps et de la caméra.

 Moonrise kingdom, de Wes Anderson
Moonrise kingdom est dans la continuité de la filmographie de Wes Anderson. Et je ne lui en veux même pas de répéter son style, quand il se surpasse à chaque fois. Je ne peux que saluer son inspiration cartoonesque intégrée à l'image live.

 Journal de France, de Nadine Nougaret et Raymond Depardon
Un bel hommage à l'image fixe, qui se déploit dans le temps et sur les routes de France.

 Adrienn Pal, d'Agnes Kocsis
L'étrange histoire de cette infirmière et de son infinie solitude m'ont terriblement marquée.

 The we and the I, de Michel Gondry
Du documentaire, c'est sur Arte. Mais quand c'est Michel Gondry aux commandes, il y a un beau retournement narratif qui fait un beau film de cinéma.

 Looper, de Rian Johnson
Ok, même si ce film m'a emballée à sa sortie, peut-être ne mérite-t-il pas sa place ici. Mais Rian Johnson est une de mes belles surprises de l'année, et je suis tellement contente que Bruce Willis ait toujours autant la classe!

Le plus beau dans un film, c'est avant tout ce qu'il raconte. J'aime réduire le pitch à peu de choses, pour voir ensuite la situation enfler d'elle-même. C'est exactement ce qu'il se passe avec La chasse: une grande quiétude, de la simplicité, et une petite phrase qui change un être, une famille, un village tout entier.

Avec Jean de la lune, et ce documentaire de Brad Bernstein sur l'auteur de livres pour enfants comme de livres érotiques, c'est toute une œuvre que j'ai découverte cette année, et un personnage extrêmement touchant.



Le projet de l'année, celui qu'il faut suivre... et qui me permet de conclure sur un bon mot!

to be continued...

1 comment:

JLY said...

nous avons deux films en commun dans ce bilan 2012 : La Chasse et Take Shelter.