Pages

Thursday, January 17, 2013

L'ivresse de l'argent, d'Im Sang-Soo

Younk-jak est un beau jeune homme qui conserve ses principes, même au service d'une étrange et très riche famille. Celle-ci a à sa tête la mère, madame Baek, qui tire les ficelles derrière les hommes de la famille, son mari et son fils. La fille, Nami, est partagée entre l'aisance à laquelle elle est habituée, et ce qu'elle sait des sources de cette richesse. Young-jak, malgré lui, va se trouver aux prises avec les jeux de sexe et d'argent de cette famille corrompue.


Je vais faire très bref sur cette review. J'ai découvert le film en décembre 2012, et je suis ressortie ulcérée de la séance, pleine du vide de ce film - en plus, mon vélo a crevé en rentrant, en total accord avec mon état d'esprit. J'écris sur L'ivresse de l'argent un bon mois après, car je n'avais rien à dire de gentil sur le film. Je n'ai toujours rien trouvé de bon, même en y réfléchissant fort et longtemps.


Im Sang-Soo joue sur l'esthétique coréenne en vogue chez des réalisateurs qui s'exportent chez nous, comme Na Hong-ji, ou Ounie Lecomte,... Pour généraliser, le cinéma coréen est brutal et lent, froid et poétique. Im Sang-Soo a surtout conservé de cela la froideur, qu'il décline sur tous les fronts: dans la richesse glaciale des décors, tout en subtils noirs et rouges sang, le jeu monochrome des acteurs, distants et hautains, et même la légèreté du scénario semble participer de cette ambiance frigide. Et ce n'est sûrement pas parce qu'une vieille peau veut coucher avec le bleu Young-jak, ni parce que le mari s'envoie en l'air avec la servante, que l'atmosphère se réchauffe. Même la chair est lisse et ne reflète aucun sentiment, dans ce film.


L'argent non plus ne déchaîne pas les passions, malgré son rôle central. Sans cesse induit, via les riches vins que s'avalent à longueur de film les personnages, ou dans leurs costumes au pli impeccable, on oublie le crissement des billets, son odeur de mains sales... L'argent n'est toujours présenté que par jolies liasses bien rangées, toujours aussi lisses, symétriques. Pas de quoi donc faire tourner les têtes.


Attention aux promesses de cinéma"asiatique", l'étiquette ne suffit pas à donner du fond au film.


L'ivresse de l'argent
d'Im Sang-Soo
avec: Kim Kang-Woo, Hyo-jin Kim, Yun Yeo-Jung,...
sortie française: 23 janvier 2013

No comments: